single.php

Attentat de Conflans : "on imagine très mal comment nos enfants vont reprendre les cours à la rentrée"

Irène, mère d'un élève du collège du Bois d'Aulne, à Conflans Sainte-Honorine, était interviewée dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 19 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

La mère d'un élève du collège du Bois d'Aulne, à Conflans Sainte-Honorine, témoigne au lendemain de la décapitation de Samuel Paty par un jeune terroriste islamiste.

 

Un collège "banal, presque préservé"

Ce sont des heures extrêmement difficiles que vit Irène en tant que parent, depuis vendredi, elle qui est la mère d'un élève du collège du Bois d'Aulne, mais qui n'était pas l'élève de l'enseignant assassiné. "En fait, je ne connaissais pas le nom de l’enseignant concerné, mais j’avais appris que des parents s’insurgeaient du cours où il avait montré des caricatures, raconte-t-elle. Un certain parent et un prédicateur, un imam, étaient venus voir la principale au collège. J’ai demandé à mon fils s'il entendait des choses dans la cour, des conversations."

"C’est un collège tout ce qu'il y a de plus normal, banal, presque préservé, souligne cette mère d’élève. C’est une zone très calme, nous sommes en région parisienne. On se sent presque un peu isolé, absolument pas dans un coupe-gorge entouré de cités. C’est un collège de très bonne réputation."

 

Une cellule psychologique à disposition

Parlaient-ils de cette histoire entre parents ? "Très peu, et c’est que je me reproche, confie en toute sincérité cette maman. Nous avions peur de passer pour quelqu’un qui s’alerte d’un rien. On espérait que ce n’était qu’un petit incident qui passe, que cela en resterait aux paroles et aux menaces verbales." Il n’y a donc pas eu plus de soutien que cela à Samuel Paty ? "Non, nous n’étions pas censés être au courant. La principale est une brave femme, elle gère le collège d’une façon admirable. Elle a été elle-même menacée. Cela a été extrêmement dur pour elle, et cela va l’être encore plus à vivre."

Aujourd’hui, malgré les vacances scolaires, parents et professeurs vont-ils continuer à se voir ? "Il y a une cellule psychologique en classe, explique-t-elle. C’est nécessaire d’aller parler aux psys présents. L’effroi et la colère ne sont pas partis, on imagine très mal comment nos enfants vont reprendre les cours à la rentrée, sans un soutien fort. Mon fils est très braqué, il essaie de ne pas penser à cette histoire. Tous les enfants n’ont pas la même réaction. Nous habitons à 200 mètres du lieu où cela s’est passé, du collège."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
08H
07H
21H
20H
19H
17H
16H
15H
14H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/