Après la tempête, mobilisation sur les plages pour ramasser le bois qui revient du large

S’il fallait encore une preuve de la violence des inondations qui ont touché les Alpes Maritimes, c’est tout ce bois qui continue d’arriver sur les plages aux alentours de Nice. Dix jours après le déluge, les rivières qui coulent des vallées sinistrées versent encore des branches et des troncs d’arbre dans la Méditerranée. À Cagnes-sur-Mer, de nombreux bénévoles ont retroussé leurs manches ce week-end pour une grande opération de nettoyage.

Le bois revient du large et s'échoue sur la plage. (Lionel Maillet / Sud Radio)
Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

 

La mairie ne s’attendait pas à autant de bonnes volontés. 900 bénévoles ont répondu présent.

"C'est le cœur qui parle, tout simplement. J'habite ici, j'adore ma plage, je me devais de venir. On a l'impression qu'on ne va jamais finir, je vois toujours autant de bois"

Beaucoup de ces morceaux de bois sont ramassés par des habitants pour servir de bois de chauffage. (Lionel Maillet / AFP)

Des branches, des troncs d’arbres à perte de vue sur ces plages de galets. Tout ca vient des vallées de l’arrière pays charrié par le Var, qui se jette dans la méditerranée, explique Louis Nègre, le maire de Cagnes-sur-Mer:

"Tout ce que le Var a arraché arrive d'abord à Saint-Laurent-du-Var. Vous avez une mer de bois, vous marchez sur l'eau. Puis vous avez toute la plage de Cagnes-sur-Mer, sur trois kilomètres et demi. Elle est aussi envahie par le bois, le plastique, tout..." - Louis Nègre, le maire de Cagnes-sur-Mer

 

Et encore beaucoup de travail. Tronçonneuse sur l’épaule, Fred est agent à la métropole de Nice Côte-d’Azur:

"C'est pas perpétuel mais ça va durer quelques jours, parce qu'il reste beaucoup de bois au large. C'est parti assez loin en mer, donc le temps que ça revienne... Au bout de quelque temps, le bois revient, avec les courants et tout ça..."

 

Tout le bois récolté sera transformé en palettes ou en copeaux. Les bénévoles ont aussi pu en ramener chez eux pour se chauffer avec

 

"Après la tempête, il n'y avait quasiment rien sur la plage à Nice. Au bout de quelque temps, le bois revient. Il y a toute la vallée qui est descendu. On laisse aux gens la capacité de ramasser le bois pour se chauffer. Le reste est parqué dans des déchetteries ou transformé en copeaux de bois pour cheminées et poêles à bois" - Fred, agent de la métropole 

 

(Lionel Maillet / Sud Radio)