Adrien Harispe : "La France ne maîtrise pas au moins la moitié des flux migratoires"

Adrien Harispe, docteur en droit public et auteur d'une thèse portant sur la traduction juridique de la politique d'intégration des étrangers, était l’invité d’Arthur de Laborde, mardi 18 mai, sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Adrien Harispe invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

La note présentée par François Bayrou sur l'effondrement de la démographie française a créé une polémique. Il appelle à un renforcement de la natalité et à une part d'immigration pour combler le déficit. "On ne peut être que d'accord sur une grande partie des constats qui sont faits", estime Adrien Harispe qui voit des chiffres "incontestables".

 

La stratégie est "de faire croire qu'il maîtrise une réalité déjà existante"

Au sujet de la part apportée par l'immigration, le docteur en droit public rappelle que la note précise que "l'on ne peut envisager de considérer que l'immigration soit la solution au ralentissement de notre démographie". Si François Bayrou assure que l'immigration "doit prendre sa part", Adrien Harispe regrette que "concrètement, il n'y a pas vraiment de solutions apportées".

Selon lui, la stratégie du Haut-Commissaire au Plan est "de faire croire qu'il maîtrise une réalité déjà existante". La participation de l'immigration est en effet déjà actée, en raison des jurisprudences nationales, européennes, du droit européen, des accords binationaux entre États et la France. "La France ne maîtrise pas au moins la moitié des flux migratoires et des personnes étrangères qui arrivent sur le territoire national", souligne le docteur.

 

Démographie en France : "De nouveau faire société"

Si l'immigration doit prendre sa part au ralentissement de la démographie française, pour le Haut-Commissariat au Plan, "elle le prend déjà et continuera d'être la réalité qu'elle est actuellement si l'on reste en l'état actuel du droit", affirme Adrien Harispe.

Si la France connaît une baisse de la natalité, la note explique qu'il faut "sauver le modèle social français". Pour le juriste, il faut surtout "de nouveau faire société". "Dans le ralentissement de notre démographie, il y a un sentiment psychologique qu'il n'y a plus de projet collectif, national", déplore-t-il. Des circonstances et un "pessimisme pour l'avenir" qui freinent l'envie de faire des enfants.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !