Activistes pour le climat : "on est prêt à aller jusqu'au bout !"

Plusieurs ONG veulent relancer le mouvement de lutte contre le dérèglement climatique. Elles ont appelé à une forte mobilisation vendredi 20 et samedi 21 septembre pour faire pression sur le gouvernement. Des mobilisations en forme de dernier avertissement, alors que le mouvement se durcit. Décrochage des portraits d’Emmanuel Macron dans les mairies, blocages d’axes routiers, désobéissance civile… Les activistes pour le climat sont prêts à se radicaliser. Clément Bargain de Sud Radio est allé à leur rencontre.

Marches contre le dérèglement climatique : forte mobilisation attendue vendredi 20 et samedi 21 septembre.

Le 20 septembre, ce sera la troisième journée de grève mondiale initiée en 2018 par la jeune Suédoise Greta Thunberg.

 

"Décrocher un tableau de Macron, c'est laisser un vide symbolisant celui de sa politique face à l'urgence climatique"

À 24 ans, Cécile Marchand, activiste pour le climat et porte-parole d’Action Non Violente Cop21, a déjà décroché trois portraits d’Emmanuel Macron dans les mairies : "décrocher un tableau de Macron, c'est laisser un vide symbolisant celui de sa politique face à l'urgence climatique" explique-t-elle à Clément Bargain de Sud Radio.

Décrocher le portrait du Président : un acte fort pour dénoncer la politique écologiste de la France. "Aujourd'hui, la France ne respecte aucun de ses objectifs climatiques" ajoute Cécile.

Un an après une mobilisation historique des citoyens pour le climat, qui avait rassemblé près de 100.000 personnes en France, les mentalités ont changé : le climat est au cœur des préoccupations des Français se félicite Cécile.

 

 

Pour ces militants, la désobéissance civile est l’un des moyens d’actions les plus efficaces pour se faire entendre. Antoine a 22 ans, il est étudiant et demain il sera en grève : "s'il nous restait beaucoup plus de temps, peut-être qu'on pourrait envisager une transition plus douce, par la voie institutionnelle. Ce sentiment d'urgence pousse à des modes d'actions radicaux..."

 

"On est prêt à aller jusqu'au bout !"

Pour Lena, étudiante en physique mathématique, les marches pour le climat ne suffisent plus, il faut passer un cran supérieur : "ça peut être bloquer le pont qui mène à La Défense, partir à vingt personnes sur le périphérique à vélo, pour ralentir les voitures et créer d'énormes bouchons et un impact économique".

Avec un objectif : faire pression sur le gouvernement. "On est prêt à aller jusqu'au bout, explique Alpha, lycéen, pour montrer que nous, jeunes, on peut faire quelque chose pour le climat".

Demain, les jeunes préviennent, ce sera sans doute la dernière grève pour le climat, avant des actions bien plus radicales.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !