87% des Français favorables au port du masque obligatoire

Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop, était l’invité de Benjamin Glaise et Laurence Garcia le 17 juillet dans l’émission "C’est à la une" sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 8h10.

L’actualité tourne autour du port du masque. Il sera finalement obligatoire dès la semaine prochaine dans les lieux publics clos. 87% des Français se disent favorables au port du masque obligatoire dans les lieux publics clos. C’est là un des résultats de la dernière balise opinion Ifop-Fiducial pour Sud Radio.

 

"Sur les lieux publics ouverts, ils sont plutôt partagés"

"C’est majoritaire dans toutes les catégories de population, confirme Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'Ifop. Par contre, ce qui est notable est que, quand on pose la même question pour les lieux publics ouverts, c’est non à 56%. Les Français font clairement la dichotomie. Sur les lieux publics ouverts, ils sont plutôt partagés."

En France également, la culture du port du masque tend-elle à se répandre ? "Elle est très forte en Asie, et on le voit, dans les rues de l’Hexagone, elle tend à devenir réelle. En France, le port du masque est déjà obligatoire dans les transports, au cinéma… Du coup, cette culture rentre. L’annonce principale faite par Emmanuel Macron fait l’objet d’un soutien massif."

 

Emmanuel Macron déconnecté

Le soutien n’est en revanche pas aussi massif quant à la façon dont les Français perçoivent Emmanuel Macron. La crise du Covid-19 a-t-elle changé le regard porté sur lui ? "Il y a beaucoup d’éléments de stabilité, analyse le directeur général adjoint de l'Ifop. Ce sont des questions que nous posons depuis avril 2018. Son côté autoritaire recule fortement, passant de 73% à 50%. C’est en lien avec les doutes sur l’autorité de l’État."

"Il y a des choses encourageantes pour Emmanuel Macron, l’idée qu’il apparaît en maîtrise, en expertise, estime Frédéric Dabi. Par contre, une véritable déconnexion de son image apparaît. Il est perçu comme éloigné des préoccupations des Français et incapable de les rassembler. Et ces critiques, ce sont les mêmes que celles faites à la fin de son mandat à… Nicolas Sarkozy !"

 

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !