21 lycéens béarnais mobilisés en salle et en cuisine pour le G5 Sahel à Pau

Dominique Marsault, proviseur du lycée des métiers du goût à Morlaàs dans les Pyrénées-Atlantiques, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 13 janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

À l'occasion du G5 Sahel, 21 lycéens professionnels béarnais sont mobilisés en salle et en cuisine. © AFP

"C'est un formidable coup de projeteur sur notre établissement, on a dit oui tout de suite !"

Le G5 Sahel est organisé à Pau par Emmanuel Macron, pour resserrer le front anti-djihadiste. Ces chefs d'États se réunissent pour essayer de trouver des solutions. Une réunion aura lieu le 13 janvier après-midi au Musée national du château de Pau et un repas est organisé au Parlement de Navarre, pour lequel 21 lycéens béarnais sont notamment mobilisés en salle et en cuisine. "Lors de la première réunion il y a un mois, on nous a contactés pour nous demander si certains de nos élèves seraient intéressés pour intervenir, explique Dominique Marsault, proviseur du lycée des métiers du goût à Morlaàs dans les Pyrénées-Atlantiques. On nous avait demandé 3 cuisiniers et 19 serveurs. C'est un formidable coup de projeteur sur notre établissement, on a dit oui tout de suite !

 

Nous avons un restaurant d'application dans notre établissement qui fonctionne très bien, confie-t-il, nos lycéens sont parfaitement éduqués par leurs professeursLes métiers du goûts regroupent plusieurs disciplines dans notre établissement, détaille Dominique Marsault. On a d'un côté les métiers de l'hôtellerie, des cuisiniers et des serveurs, et à côté, des sections boulanger, boucher, pâtissier, charcutier, traiteur. Il y a peu de relations entre ces sections, si ce n'est sur certains événements particuliers".

 

"Tout ce qui se trouve autour de la cuisine, voire de l'hôtellerie, est très attractif"

Ces étudiants s'orientent vers ces métiers du goût par choix ou alors lorsqu'ils sont en situation d'échec comme peuvent le dire certains parfois ? "Cette façon de voir l'enseignement professionnel disparaît peu à peu, estime Dominique Marsault. Dans notre établissement, tout ce qui se trouve autour de la cuisine, voire de l'hôtellerie, est très attractif : en bac pro comme en CAP cuisine, on n'a aucun mal à remplir nos classes. Pour les métiers du goût, boulangerie-pâtisserie aussi.

On a un peu plus de mal à attirer les jeunes vers le service, reconnaît-il, mais à la rentrée prochaine, on aura une famille métiers appelée 'les métiers de l'hôtellerie', où on recrutera globalement et potentiellement des serveurs et des cuisiniers qui se détermineront par la suite, ça ira beaucoup mieux", espère-t-il.

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

 

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !