Bagarre avec des joueurs du Stade Toulousain : la victime demande "des sanctions"

Stade Toulousain ©REMY GABALDA - AFP

DOCUMENT EXCLUSIF SUD RADIO. Thierry Barraque et sa famille ont été agressés par des joueurs du Stade Toulousain dans une boîte de nuit samedi 7 avril. Alors qu'une réunion est prévue ce lundi avec les instances dirigeantes du club, il demande que les joueurs soient sanctionnés et dit attendre de connaître la position du Stade Toulousain avant de se décider, ou non, à porter plainte.

Écoutez ci-dessous le témoignage exclusif de Thierry Barraque au micro de Sud Radio


Deux joueurs sud-africains du Stade Toulousain, Cheslin Kolbe et Daniel Mienie, ont été impliqués dans une bagarre à la boîte de nuit toulousaine Le Purple, samedi 7 avril.

La victime, Thierry Barraque, venu en famille fêter un anniversaire, ainsi que son fils et son épouse. Joint par Sud Radio, il livre aujourd'hui sa vérité, après avoir parlé, la semaine dernière, d'une simple "altercation", notamment pour "ne pas entacher le Stade Toulousain", son "club de cœur".

J'ai vu mon fils qui était fracassé par deux joueurs et une troisième personne qui était avec eux

"J'avais parlé d'altercation, mais ça a été un peu plus que ça, a-t-il reconnu. Il faut que j'arrive à 50 ans pour vivre ma première bagarre de rue, il faut le faire ! Ça s'est déclenché dans la boîte, la sécurité a sorti mon fils avec les deux joueurs, et une troisième personne, qui était avec eux mais que je ne connais pas. J'ai accouru dehors et j'ai vu mon fils qui était fracassé par trois personnes dehors. C'est inadmissible. Quand je suis intervenu pour défendre mon fils, ce que n'importe quel papa aurait fait, ça s'est mal passé pour moi."

Résultat, son fils termine avec une entorse au poignet -et non un bras cassé, précise-t-il-, et lui, avec plusieurs côtes cassées, part aux urgences où on doit lui "drainer le poumon".

"Comment faire pour que le club ne soit pas entaché par cette situation ?

Thierry Barraque, négociant en peinture bien connu dans la région, est un ancien partenaire du Stade Toulousain -il confie d'ailleurs réfléchir à le devenir à nouveau- et reste très proche du club. "Mon neveu a joué au Stade Toulousain, mon frère aîné aussi, mon père y a été éducateur... C'est vraiment mon club de cœur", a-t-il confié.

D'où sa décision initiale de ne pas porter plainte : "Une de mes premières pensées, au-delà bien sûr de la santé de toute ma famille, c'était 'Comment faire pour que le Stade ne soit pas entaché par cette situation'."

Personne, au Stade Toulousain, ne m'a demandé de ne pas porter plainte. En aucun cas, on n'achètera mon silence

Et s'il prend la parole aujourd'hui, plus ouvertement que la semaine dernière, c'est pour couper court aux affirmations selon lesquelles le club aurait tenté de le dissuader de porter plainte. "Tout ça est faux et archi-faux. Personne du Stade Toulousain ne m'a demandé de ne pas porter plainte, affirme Thierry Barraque. Il y a même des personnes du club qui m'ont dit de porter plainte parce que ces personnes déshonorent le blason du Stade Toulousain. Tout mon entourage me le demande. Didier [Lacroix, le président du club, NDLR] et Ugo [Mola, entraîneur, NDLR] m'ont appelé régulièrement pour prendre des nouvelles, parce qu'on est amis."

Et il assure qu'aucune opération financière n'a été décidée pour acheter son silence, lui qui envisage toujours la possibilité d'être à nouveau partenaire du club : "Mon souhait n'est surtout pas de faire une opération financière, ça n'a jamais été mon objectif. Même si je devais porter plainte et qu'il s'avère qu'une somme d'argent était versée, je serais prêt à la reverser à l'école de rugby du Stade Toulousain. Je ne veux pas prendre d'argent, ce n'est pas du tout ma démarche. Et en aucun cas, on n'achètera mon silence pour quoi que ce soit. Si je dois être partenaire, je le serai parce que je l'ai décidé. Si je ne dois pas l'être, ce sera aussi parce que je l'ai décidé." 

Je veux que les joueurs soient sanctionnés. En prenant des sanctions, les dirigeants du Stade Toulousain sortiront grandis de cette histoire

Une réunion est prévue ce soir entre les instances dirigeantes du club, l'entraîneur, les joueurs incriminés, et la victime et sa famille. Une réunion qui conditionnera sa décision de porter plainte ou non, nous explique-t-il, voulant que les joueurs soient sanctionnés : "Ces joueurs ne sont pas dignes d'être sportifs professionnels et pas dignes de porter le maillot du Stade Toulousain. A minima, je considère que les joueurs doivent être sanctionnés. Après la réunion, je discuterai avec mon fils, mon épouse, les gens qui étaient présents ce soir-là et on verra ce qu'on fait."

Il attend donc des sanctions de la part du club, sous peine de porter plainte. Et, prévient-il, "il est évident que je ne pourrais pas être partenaire si les joueurs ne sont pas sanctionnés". Dans cette idée, il s'est dit "très fâché que Cheslin Kolbe ait joué ce week-end, en toute impunité, comme si de rien n'était".

"J'en ai parlé avec Ugo, je vis très mal le truc, a confié Thierry Barraque. Ça a beau être deux très bons joueurs pour le Stade, il se sont comportés en voyous avec moi. Je veux préserver l'amitié que j'ai avec Ugo et Didier, mais je veux que les joueurs soient sanctionnés. Je ne veux pas porter du tort au club. Et en prenant des sanctions, les dirigeants du Stade Toulousain sortiront grandis de cette histoire." La balle est donc dans le camp du club.

Propos recueillis par Pierre-Maël Tisnès pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Vos réactions sur cet article

Calmness
- Lundi 16 avril 2018 à 20:29
Haha ! sudradio = mauvaise foi ... Des avis divergent s... C'est drôle le père a bien les côtes cassés ! Pauvres menteurs ! Infâme votre attitude !
Anonyme
- Lundi 16 avril 2018 à 20:34
MYTHO ! MENTEUR ! VENDU ! CORROMPUE ! ENFOIRE !
Anonyme
- Mardi 17 avril 2018 à 08:23
Hypocrite ! Mr Barraque vous discrédite totalement !

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio