Stade de France : "Darmanin est un mélange de Madame Irma et de Pinocchio" d'après Patrick Kanner

Patrick Kanner, sénateur PS du Nord, président du groupe socialiste au Sénat et ancien ministre, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Stade de France
Patrick Kanner, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio, le 1er juin, dans "le petit déjeuner politique".

Fiasco du Stade du France qui prend un tournant politique, image de la France, campagne des législatives, crise des urgences : Patrick Kanner a répondu aux questions de Patrick Roger.

Patrick Kanner - Stade de France : "Une faute politique d'Emmanuel Macron"

Après le fiasco du Stade de France, le ministre de l'Intérieur et la ministre des Sports seront auditionnés au Sénat le 1er juin. Patrick Kanner tient à se "féliciter que le Sénat ait pris l'initiative de cette audition". Après "ce fiasco qui devient un déni et une catastrophe politique pour l'exécutif, et en particulier pour le ministre Intérieur". Si le sénateur ne souhaite pas "tirer sur l'ambulance" et garde une "pensée particulière pour la ministre des Sports qui vient d'arriver", il veut savoir "pourquoi nous avons un ministre de l'Intérieur qui est un mélange de Madame Irma et de Pinocchio !"

D'après Patrick Kanner, il y a eu "un manque de préparation manifeste et une faute politique d'Emmanuel Macron, qui n'est jamais cité dans cette affaire ! C'est lui qui a demandé à ce que la finale ait lieu en France, en pleine période post électorale. Un tel événement ne se prépare pas en 3 mois". En tant qu'ancien ministre des Sports de l'euro 2016, période post attentats, "je sais le travail que cela représente". Pour lui, "Monsieur Darmanin avait bien d'autres choses à régler que de préparer un match de la Ligue des champions. Il ne fallait pas réclamer ce match dans le pays. Monsieur Macron est particulièrement silencieux sur le sujet... Nous interpellerons sur le choix de Paris pour organiser cette finale".

"Ce n'est pas la culture française de démissionner, Monsieur Darmanin est très bien à Beauvau manifestement !"

Patrick Kanner tient à rappeler qu'une "note du 25 mai montre que l'alerte avait été lancée par les services de renseignement de l'État. Qu'est-elle devenue ? A-t-elle été lue, appréciée y compris par le préfet de Police ? Autant de questions qui seront posées au Sénat, assure-t-il. Le déni tient au fait qu'on refuse de regarder les choses en face". Ce n'est d'après le sénateur "sûrement pas d'accuser les Anglais de tous les maux. On annonce des chiffres faux sur les faux billets, confirmés par la FFA, qui est très complaisante à l'égard du gouvernement, estime-t-il. On oublie de dire que 40.000 supporters anglais étaient Cours de Vincennes. Donc annoncer 500.000 personnes aux grilles du Stade de France, c'est un mensonge !"

Patrick Kanner regrette que "la parole du ministre de l'Intérieur qui devrait être carrée, mesurée et sûre soit aujourd'hui une parole qui montre un gouvernement en perte de repères sur des sujets aussi importants. La France avait mis la question de la sécurité en premier lieu et tout est par terre depuis 4 jours", déplore-t-il. Sur une potentielle démission du ministre de l'Intérieur, "ce n'est pas la jurisprudence de Monsieur Darmanin !" Le sénateur rappelle le "fiasco et le déni terrible des professions de foi pendant les élections régionales. La démission avait été demandée à l'époque, mais ce n'est pas la culture française de démissionner. Monsieur Darmanin est très bien à Beauvau manifestement !"

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"