« Macron, c’est le grand désenchantement », dénonce Laurence Sailliet

Sous un tonnerre d’applaudissements, Laurent Wauquiez, président des Républicains, a fait son discours de rentrée politique ce dimanche 26 août. Principaux sujets abordés : l’immigration et le pouvoir d'achat. Pour en parler, Sud Radio recevait ce matin Laurence Sailliet, porte-parole Les Républicains.

Thumbnail

En cette rentrée politique, quelle est l’atmosphère autour de Laurent Wauquiez, largement critiqué par la droite et Les Républicains ? « Nous sommes très soucieux de la situation de la France, notamment avec les annonces du Premier ministre, hier. C’est une ambiance dynamique autour de notre président Laurent Wauquiez, mais la France et les Français sont en difficulté », fait savoir Laurence Sailliet. Laurent Wauquiez est « déterminé, calme », « il sait qu’il faut construire les choses », assure-t-elle. « Cela fait six mois qu’il a été élu à la tête du parti Les Républicains, il a déjà remis en état de marche le parti. Maintenant, nous entrons dans une nouvelle phase avec la préparation du projet européen, nous allons continuer à travailler. »

« Les retraités sont les véritables vaches à lait de ce gouvernement »

Alors que ce dimanche 26 août, le Premier ministre a confirmé le gel des pensions, des APL, des allocations familiales, Laurent Wauquiez a déclaré qu’il fallait « rendre l’argent aux Français ». Cet argent, où le gouvernement doit-il le trouver ? « Contrairement à ce que dit Édouard Philippe, il y a une baisse de 0,6% de pouvoir d’achat au premier trimestre, un record depuis 2012. Les Français ont moins d’argent cette année qu’ils n’en avaient l’année dernière lors de l’élection d’Emmanuel Macron, car il n’y a pas de diminution de la dépense publique », souligne la porte-parole des Républicains. Pas de diminution de la dépense publique, donc, et une augmentation des impôts, selon Laurence Sailliet. « Tout ceci impacte sur la croissance ». Pourquoi la croissance n’est-elle pas aussi haute qu’espérée ? Car « l’augmentation des prélèvements obligatoires a cassé la machine », dénonce-t-elle. « Ils sont responsables de cette situation. Ils sont face au mur et essaient de faire quelques économies de bout de chandelle, en faisant payer toujours les mêmes, notamment les retraités qui sont les véritables vaches à lait de ce gouvernement. »

Le gel des APL et des allocations familiales est-il justifié ? « Si vous faites une allocation unique, plafonnée à 75% du SMIC, cela représente 5 milliards d’économies en frais de gestion », fait valoir Laurence Sailliet. « Si vous mettez l’équité entre le public et le privé dans les retraites, c’est trois milliards d’économies. Si vous mettez fin à l’Aide Médicale d’État, c’est un milliard d’économies. Des pistes d’économie il y en a », insiste-t-elle. « Emmanuel Macron devrait sérieusement se remettre en question parce qu’effectivement, les Français n’y croient plus. »

Quant au Premier ministre, qui annonce un geste pour le mois de septembre prochain, à savoir la fin des cotisations salariales sur les heures supplémentaires, Laurence Sailliet fait valoir qu’ « avec Nicolas Sarkozy, il n’y avait pas de charges sociales et pas non plus d’impôts sur ces heures supplémentaires ». « Il faut qu’il y ait une défiscalisation totale », plaide-t-elle. Du côté de Matignon, « ils disent beaucoup de choses, mais au final, on voit peu de résultats. Emmanuel Macron s’était engagé pour une augmentation du pouvoir d’achat et l’on constate qu’il y a une diminution. Il s’était engagé pour une diminution des impôts, on constate qu’il y a une augmentation ».

La droite est-elle encore divisée ?

Alors que ce week-end, Laurent Wauquiez réunissait 1.500 personnes autour de lui en Haute-Loire, à Brive-la-Gaillarde, en Corrèze, Valérie Pécresse s’exprimait devant 300 personnes, entourée de Christian Estrosi, avec le soutien de Gérard Larcher et Xavier Bertrand. La droite est-elle encore divisée ? « Chaque année, il y a de multiples rentrées au sein de notre famille politique, c’est toute la richesse de notre mouvement », affirme Laurence Sailliet. « Ce débat doit se faire dans une bonne ambiance, puisqu’il y a un président, qui est Laurent Wauquiez et qui a été élu. Nous sommes ouverts et tendons la main pour ce rassemblement, dans le respect des positions des uns et des autres. » Mais alors, existe-t-il une différence entre la ligne politique défendue par Laurent Wauquiez et celle portée par Valérie Pécresse ? « Sur la sécurité et sur l’immigration, je n’ai pas entendu Valérie Pécresse aller contre nos parlementaires. Elle a validé le projet européen que nous allons construire », assure Laurence Sailliet.

« À chaque arrivée de bateau, on se retrouve face au même problème »

Concernant l’immigration de masse, dénoncée par Laurent Wauquiez, la porte-parole Les Républicains fustige le projet de loi asile-immigration, qui n’a rien résolu. « Nous avons battu un record l’année dernière, 260.000 titres de séjour ont été donnés et aucune stratégie. Regardez l’hypocrisie actuelle. Emmanuel Macron refuse les bateaux, mais accueille les migrants qui sont sur les bateaux ». L’immigration est « un sujet qu’il n’arrive pas à gérer au niveau français, comme au niveau européen », « à chaque arrivée de bateau, on se retrouve face au même problème », conclut-elle. « Nous voulons savoir combien d’immigrés légaux le président compte-t-il accueillir sur le territoire français ? »