Les Républicains: dernier jour pour les adhésions, "on est allé les chercher"

Dernier jour l'adhésion chez Les Républicains. Le parti veut mobiliser le plus possible de militants pour le vote du congrès qui définira le candidat à l'élection présidentielle. Déjà les 120.000 adhérents. Ce lundi encore, le siège des LR recevait de nouveaux bulletins d'adhésion.

(Thomas SAMSON / AFP)
Reportage Sud Radio d'Yves Pulici

 

En dix minutes, deux militants viennent renouveler leur adhésion au siège parisien rue de Vaugirard. Inimaginable pour Florence de ne pas voter cette année.

"La coupe est pleine, je n'ai pas digéré notre échec de 2017. Il est temps de réagir, j'espère qu'il y aura beaucoup de monde, qu'on ne passe plus pour le troisième candidat possible."

Jacques, militant depuis plus de dix ans, accompagne son beau-frère s'inscrire. Pour lui, si du monde adhère c’est grâce à une campagne réussie. "On voit de l'agitation autour, par contre il ne faut pas faire de faux pas ni montrer de discorde..." Le secrétaire départemental LR à Paris voit aussi le succès de la campagne. Ces dernières semaines le nombre d’adhérents a explosé, assure Jack-Yves Bohbot. "Le 25 septembre, on était à 4100... On a plus que doublé en cinq-six semaines, on retrouve le niveau de 2017..." Soit plus de 10.000 adhérents dans la capitale.

 

De nouveaux profils d'adhérents?

Pour rameuter les troupes, "on a été les chercher, on leur a dit que la désignation du candidat était leur affaire, on a été dans les quartiers au devant des gens, pour leur dire que la présidentielle était le moment décisif de la politique française, et que c'était le moment de s'engager dans un parti politique..." Pour adhérer au parti Les Républicains, les électeurs de droite ont jusqu’à 23h59 ce mardi soir en ligne.

 

"On a l'habitude de dire que le profil de l'adhérent LR, c'est plutôt quelqu'un qui a plus de 60 ans, électeur de droite filloniste. Mais j'ai l'impression que les derniers adhérents ont un profil très hétérogène. Beaucoup de jeunes qui reviennent dans le parti, beaucoup de femmes. Bien-sûr des retraités, mais moins que d'habitude. On est peut-être en train de toucher, grâce aux débats à la télévision, des clientèles, des couches de population différentes de la clientèles habituelles des Républicains..." Jack-Yves Bohbot, secrétaire départemental de la fédération LR de Paris