single.php

Le PS demande à la REM de "retirer" les investitures de certains candidats

Par Jérémy Jeantet (avec AFP)

Le Parti socialiste a appelé la République en marche à "retirer immédiatement" l'investiture pour les législatives à certains candidats "mis en cause publiquement" pour leur probité ou pour des propos polémiques.

Thumbnail

Annoncé en grande faiblesse dans les sondages, le Parti socialiste tente de sauver la mise. Le parti dirigé par Jean-Christophe Cambadélis a demandé au mouvement du président de la République, la République en Marche, de "retirer immédiatement" les investitures des candidats "mis en cause publiquement", que ce soit pour leur probité ou pour des propos polémiques.

"Dans un moment où nos concitoyens marquent leur défiance vis-à-vis des responsables publiques, il est indispensable que chacun mette ses actes en adéquation avec ses prétentions", lance le PS, citant notamment le cas de Bruno Bonnell, qui se présente face à Najat Vallaud-Belkacem dans la 6e circonscription du Rhône, "dont on apprend qu'il a domicilié son entreprise dans le Delaware, reconnu comme un paradis fiscal, et qu'il aurait pratiqué l'optimisation fiscale en organisant son insolvabilité pour se soustraire aux impôts".

Ces accusations ont été relayées par le journal en ligne Médiacités, alerté notamment par la France Insoumise, qui a exhumé un arrêt de la cour d'appel de Lyon datant de 2011. "De la vieille politique" et de la "pure diffamation", a estimé Bruno Bonnell ce mercredi.

Autre candidat REM épinglé, "Romain Grau, candidat dans la 1re circonscription des Pyrénées-Orientales, qui ferait l'objet d'une enquête préliminaire" pour harcèlement moral au sein d'une société de maintenance aéronautique, dont il est directeur général près de Perpignan. Véronique Avril, candidate en Seine-Saint-Denis, serait, elle, visée par une même procédure pour avoir loué un appartement insalubre.

"Que penser aussi de ces candidats qui auraient menti sur leur parcours ?", s'interroge encore le parti de la rue de Solférino, citant "Houmria Berrada, dans la 2e circonscription du Nord, qui aurait falsifié ses diplômes", mais aussi "Frédéric Petit, dans la 7e circonscription des Français de l'étranger, qui s'est prétendument revendiqué maire alors qu'il ne l'avait jamais été".

Dernier point, le Parti socialiste s'est indigné des "propos honteux tenus par des candidats s'affichant pourtant comme progressistes : de la dénonciation du Mariage pour Tous par André Dupont, candidat dans l'Ardèche, à la qualification de l'homosexualité comme 'une abomination' par le candidat dans la 1re circonscription de Guadeloupe, Olivier Serva. Leurs investitures ont pourtant été maintenues."

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
06H
23H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/