single.php

Jacqueline Gourault : "20 à 25 % de proportionnelle serait raisonnable"

Par Mathieu D'Hondt

Jacqueline Gourault (Ministre auprès du ministre de l'Intérieur) était ce mardi l'invitée politique de l'émission Territoires d'infos.

Jacqueline Gourault (Ministre auprès du ministre de l'Intérieur) était ce mardi l'invitée politique de l'émission Territoires d'infos, la matinale de Public Sénat et Sud Radio, présentée par Cyril Viguier avec la presse quotidienne régionale.

"Il y a trop de parlementaires et leur diminution est une nécessité"

Au lendemain du discours d'Emmanuel Macron devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles (Yvelines), notre invitée est notamment revenue sur l'annonce concernant la réduction du nombre des parlementaires. Membre du gouvernement mais issue du MoDem, Jacqueline Gourault affirme que cette "mesure convient à (sa) famille politique", rappelant au passage que celle-ci "faisait partie des discussions entamées entre François Bayrou et Emmanuel Macron". Et l'intéressée d'ajouter que de nos jours "il y a trop de parlementaires" et que "leur diminution est une nécessité".

Celle qui est également sénatrice du Loir-et-cher a également livré son sentiment quant à l'éventualité d'instaurer une dose de proportionnelle. Rappelant que le président de son parti avait "toujours demandé" sa mise en place, elle s'est prononcée en faveur d'un "minimum de 20 à 25% de proportionnelle" qui, selon elle, serait "raisonnable".

"L'État doit donner l'exemple et réduire un certain nombre de postes"

Interrogée ensuite sur la perspective d'une suppression de postes chez les fonctionnaires, Jacqueline Gourault a indiqué qu'il y avait "encore des économies à faire en termes de personnels, sur l'organisation territoriale". Considérant que "l'État doit donner l'exemple et réduire un certain nombre de postes", la collègue de Gérard Collomb a tenu à rappeler que "le président de la République (avait) donné un signe fort avec la réduction des membres de cabinets" ministériels, confirmant que "le nombre de collaborateurs (avait) diminué", depuis l'accession au pouvoir d'Emmanuel Macron.

Autre dossier brûlant sur lequel le chef de l'État s'est exprimé à Versailles, la levée de l'état d'urgence, prévue pour l'automne prochain. Interrogée sur les craintes émises par certains de voir des dérives policières en vertu de l'inscription de mesures d'exception dans le droit commun, Jacqueline Gourault a tenu à défendre le projet du gouvernement. Selon elle, "l'objectif (gouvernemental) est de réussir l’équilibre entre la nécessité d’une sécurité renforcée, que demandent les Français, et la protection des libertés individuelles". "Le texte que va présenter le ministre va respecter cet équilibre car il y aura toujours l’intervention d’un juge judiciaire", a-t-elle ajouté.

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/