single.php

Gilbert Collard : "Les banlieues vont provoquer une guerre civile"

Par Jérémy Jeantet

Le député Rassemblement Bleu Marine du Gard a violemment dénoncé "le communautarisme" dans les banlieues et l'action de François Hollande, qui a rendu visite à Théo à l'hôpital, alors qu'il "aurait fallu qu'il se rende au chevet des policiers".

Invité de l'émission Territoires d'Infos, dans le Grand Matin Sud Radio et sur Public Sénat, Gilbert Collard, député Rassemblement Bleu Marine du Gard, s'est montré très critique à l'égard de François Hollande, qui doit rencontrer ce mardi des jeunes d'Aubervilliers, après s'être rendu au chevet de Théo, qui déclare avoir été victimes de violences policières.Pour Gilbert Collard, le président de la République "a accompli un acte inacceptable su le plan de la démocratie judiciaire" en allant rendre visite à Théo à l'hôpital, puisqu'il a "pris partie, en l'instituant comme victime, dans une affaire judiciaire en cours", alors que, selon lui, il "aurait fallu qu'il se rende au chevet des policiers".

"Vous êtes bien contents de voir la police arriver quand il y a une agression"

Surtout, le Gouvernement aurait dû "interdire les manifestations" de soutien à Théo qui ont eu lieu ce week-end, entraînant des débordements dans plusieurs banlieues, dont Bobigny ou Argenteuil : "Vous ne vous rendez pas compte que les banlieues vont provoquer une guerre civile et communautariste en France par la faute de ces Gouvernements qui ont tout laissé faire.""Dans un pays démocratique, est-il anormal de soutenir sa police républicaine ? a interrogé Gilbert Collard. Vous êtes bien contents de les voir arriver quand il y a le Bataclan, quand il y a une agression."

Jean-Luc Mélenchon réclame une "purge" dans la police ? "Il ferait mieux de se purger lui-même"

Une réaction qui fait notamment suite aux propos de Jean-Luc Mélenchon, qui réclame une "purge" dans la police : "Je trouve intéressant, d'un point de vue sémantique, qu'il utilise le mot de purge. C'est un petit relent stalinien. Il ferait mieux de se purger lui-même. C'est la banlieue qu'il faut purger, pas la police. Il faut arrêter, a priori, de casser du flic parce qu'il est flic. Ce qui me scandalise, c'est ce qui se passe dans les banlieues."Interrogé sur l'affaire Fillon, Gilbert Collard, avocat, a estimé que ses confrères qui défendent l'ancien Premier ministre ont eu "raison de poser la question du Parquet national financier, création de Mme Taubira et de M. Hollande", estimant qu'il y en a "marre de cette justice où tout est mélangé" et qu'il faudrait "qu'aucun magistrat ne siège dans les ministères", pour mettre fin à ce qu'il juge être "une justice politisée".Un angle d'attaque qui pourrait toutefois s'avérer à double tranchant pour François Fillon : "C’est à la justice de démontrer si la réalité du travail existe ou pas, parce que c’est légal d’employer son épouse. Je n’aurais pas poussé le parquet dans ses derniers retranchements parce qu’il risque fort que le parquet saisisse un juge."

L'info en continu
20H
19H
17H
16H
15H
13H
12H
09H
08H
21H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/