"Elisabeth Borne inaugure ce quinquennat en baratinant les Français" affirme Sébastien Chenu

Sébastien Chenu, porte-parole du RN, député du Nord et candidat aux législatives, était l'invité du “petit déjeuner politique” sur Sud Radio.

Sébastien Chenu Elisabeth Borne
Sébastien Chenu, interviewé par Benjamin Glaise sur Sud Radio, le 25 mai, dans "le petit déjeuner politique".

Gouvernement d'Elisabeth Borne, législatives, pouvoir d'achat, affaire Abad, Burkini : Sébastien Chenu a répondu aux questions de Benjamin Glaise.

Sébastien Chenu : "Elisabeth Borne inaugure ce quinquennat en baratinant les Français"

Interrogé sur l'affaire Damien Abad, le nouveau ministre des Solidarités accusé de viol, Sébastien Chenu confie n'avoir "aucune tendresse pour Damien Abad". "Ce type qui était soi disant le premier opposant à Emmanuel Macron pendant 5 ans est devenu le premier allié !", dénonce le porte-parole du RN. "C'est sans foi ni loi". Il est selon lui "l'image la plus exécrable de ce qu'on peut faire en politique". Pour autant, Sébastien Chenu assure "détester le tribunal médiatique". "Si Damien Abad a un problème avec la justice, il s'en expliquera devant la justice. Il faut respecter la parole des femmes mais il y a un côté 'manip' qui ne me semble pas acceptable, et une présomption d'innocence qu'il faut respecter".

La Première ministre a affirmé ne pas avoir été au courant et qu'elle ne mentirait jamais aux Français. Mais Sébastien Chenu fustige un "mensonge de la part d'Élisabeth Borne, qui montre que ce gouvernement est cynique, qu'elle commence mal en mentant aux Français. Elisabeth Borne inaugure ce quinquennat en baratinant les Français", affirme-t-il. "Le service de presse de Matignon a reconnu être informé de cette affaire", souligne-t-il par ailleurs. "Il y a urgence à faire en sorte que ce qui est une infraction vis-à-vis de la loi soit condamnée, estime-t-il, notamment dans ces affaires d'agression sexuelle. Mais il y a aussi la présomption d'innocence, un respect de la vie privée auxquels je suis attaché".

 

"Le Burkini est la tenue de l'islam radical, de l'islamisme"

À moins de 3 semaines du premier tour des législatives, le RN semble un peu en retrait. "Tout le monde est sur le terrain !, se défend Sébastien Chenu. Nous sommes des gens sérieux, nous ne racontons pas des fadaises aux Français. On n'est pas comme Jean-Luc Mélenchon qui, au lieu d'être Premier ministre, est premier mytho ! Pas un Français ne croit qu'il sera Premier ministre. La réalité est qu'il prépare sa propre sortie politique", estime-t-il. "Il faut que demain l'opposition soit la plus nombreuse, la plus sérieuse, combattive possible. Et cette opposition ne peut être que le RN, assure le porte-parole du parti. Les Français ont installé Marine Le Pen comme opposante numéro 1 au moment des présidentielles, je ne doute pas que les Français enverront des dizaines et des dizaines de députés du RN !".

Pour Sébastien Chenu, "les Français auront besoin d'être défendus par des gens qui portent des aspirations populaires, concrètes. Des personnes qui savent mener la bataille face à Emmanuel Macron totalement en roue libre car pas il ne pourra pas faire un troisième mandat. Il ira au bout de ses logiques de déconstruction, alerte-t-il. On l'a vu avec la nomination du ministre de l'Éducation nationale, Pap Ndiaye". Qui est, d'après le porte-parole du RN, "un militant indigéniste, communautariste, qui fera rentrer le wokisme à l'Éducation nationale". Sur le Burkini, "une des premières choses que feront nos députés, sera de déposer une proposition de loi pour interdire le Burkini. Le Burkini est la tenue de l'islam radical, de l'islamisme. Il faudra donc commencer par définir l'islamisme et ce qui incarne cette idéologie".

 

 

 

Retrouvez "L’invité politique" chaque jour à 8h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique"