Violences en Corse : "La colère et l’émotion sont à leur paroxysme"

Les violences suite à l’agression d’Yvan Colonna en prison relancent la question de l’indépendance de l’île.

Craint-on en une escalade de la violence en Corse après celles de ces derniers jours ?

"Une accumulation de refus et de défiance"

"Nous sommes dans une situation extrêmement grave, juge Jean-Félix Acquaviva, député de la deuxième circonscription de la Haute-Corse. La colère et l’émotion sont à leur paroxysme. Il s’est passé une tentative d’assassinat avec de nombreuses zones d’ombre. Ce sera notre rôle de parlementaires de le démontrer lors de la commission des lois le 16 mars."

"Au-delà, c’est une accumulation de refus, de défiance face au vote des Corses, qui se sont exprimés à la majorité absolue pour un projet d’autonomie, estime-t-il. La jeunesse prend cela pour une question paroxystique."

 

Corse : "Sortir d'une situation de colère"

La tentative de meurtre sur Yvan Colonna et la question de l’indépendance ne sont pas pour autant le même sujet ? "Oui, et non, considère Jean-Félix Acquaviva. C’est le même sujet dans la mesure que ce qui a précédé la tentative d’assassinat, c’est le refus obstiné de lever le statut de détenu particulièrement signalé des trois membres du commando Érignac pour les empêcher de les rapprocher de leur famille. C’est un refus politique et non juridique."

"Si l'on suit les semaines passées, le préfet a pris des décisions allant à l’encontre de la vie démocratique de l’île, affirme le député. Cela a créé une situation de colère qu’il faut comprendre et dont il faut maintenant sortir." Comment faire baisser la tension ? "Que le gouvernement garantisse une transparence dans l’affaire Colonna, et que les deux autres personnes qui ont effectué 23 ans de prison puissent être rapprochées sans délai. Et enfin, qu’on discute de tout, du statut d’autonomie, des prix des carburants, qui augmentent plus encore qu’ailleurs."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"