Aurélien Pradié : le RN "à tous les coups fera élire Carole Delga"

Aurélien Pradié, député du Lot, était l’invité du “petit déjeuner politique” de Patrick Roger le 15 juin 2021 sur Sud Radio, à retrouver du lundi au vendredi à 7h40.

Aurélien Pradié, interviewé par Patrick Roger sur Sud Radio le 15 juin 2021 à 7h40.

Aurélien Pradié : "Il faut que la règle du couvre-feu soit assouplie, on a besoin de revivre !"

Le couvre-feu de 23 heures est maintenu durant le match du 15 juin 2021 entre la France et l’Allemagne, même si une tolérance sera appliquée. "À force de faire des tolérances, on finira par ne plus connaître les règles", estime Aurélie Pradié. De fait, il juge qu’il est temps de "passer à une autre étape qui est celle de la levée du couvre-feu".

Pour lui, le couvre-feu adapté selon les situations est "un peu le fait du Roi". Que ce soient les ministres ou le président de la République, "du haut de leur tour, il vont concéder un peu plus de libertés à nos concitoyens", analyse le député. "Il faut que la règle soit assouplie, on a besoin de revivre ! Je ne suis pas sûr d’ailleurs que le couvre-feu ne permette quelque protection sanitaire que ce soit."

En Grande-Bretagne, le variant Delta (ex-variant indien) inquiète au point que le déconfinement total a été repoussé d’un mois. En Occitanie, "il y a une inquiétude permanente" à ce sujet, souligne Aurélie Pradié. "Mais je vois aussi une grande rigueur". "Les Français ne sont pas des enfants, et je pense d’ailleurs qu’à force de les prendre pour des enfants, ils finissent par s’infantiliser." Si le député du Lot appelle à respecter les règles, "la question du couvre-feu n'est pas opérationnelle. Laissons aussi chacun reprendre un peu de liberté et arrêtons le fait du Prince".

 

"Nous menons une bataille courageuse en Occitanie, face aux girouettes politiques"

Le secrétaire général du parti Les Républicains a reçu la visite de nombreux pontes de sa famille politique qui le soutiennent dans sa candidature aux Régionales. Ce mardi 15 juin 2021, ce sont Christian Jacob et François Baroin qui vont se rendre à Toulouse pour le soutenir. "François Baroin est le président de l’association des Maires de France", rappelle-t-il. "Il vient m’apporter un soutien parce que si demain je veux présider cette région Occitanie, il faudra que j’aie autour de moi des femmes et des hommes qui comptent, y compris au niveau national."

En Occitanie, Aurélie Pradié estime être en train de "mener une bataille courageuse. Lorsqu'on est fidèle à ses convictions comme moi, qu'on fait face à tout un tas de girouettes politiques, il faut faire preuve de tempérament ! C’est bien que quelques-uns de mes amis politiques viennent saluer le courage politique d’une nouvelle génération."

Pour le député LR, "ce qui tue la politique, c'est le manque de clarté, l'opportunisme politique. Moi, je suis fidèle à mes valeurs, à mes convictions, même quand c'est difficile. Je ne suis pas une girouette !, assure-t-il. Si on veut que la politique retrouve un peu de respect dans le regard de nos concitoyens, il faut se comporter de manière plus respectable".

 

"Le Rassemblement National n'apportera pas de solutions et fera gagner Carole Delga"

Le candidat, qui veut "mettre fin à 25 ans de monopole socialiste" en Occitanie, n’est pas très bien perçu, selon les sondages. Il plafonne à 12% alors que la présidente sortante, Carole Delga, affiche 29% d’intentions de vote et semble déjà gagnante quel que soit le deuxième tour. "La politique, ce n’est pas une affaire de sondages, c’est une affaire de convictions, rappelle le député. J'aurais pu rester planqué à l'Assemblée nationale ou dans le Lot et ne pas me mêler de cette campagne, mais j'ai engagé une bataille difficile. Ce qui fait qu'on respecte les politiques, c'est quand ils ont le courage de défendre leurs convictions", estime-t-il.

"Je veux dire à tous les électeurs de cette région", et notamment ceux qui sont tentés par le Rassemblement National, "ces candidats-là, aujourd’hui, ne vous apporteront aucune solution, et la réalité, c’est qu’à tous les coups, ils font élire Carole Delga et la gauche socialiste". "Si l’on veut que cette région change de main, c’est à la droite républicaine, courageuse, ferme, qui peut rassembler, qu’il faut faire confiance."

 

"Je ne vais pas me barrer parce que c’est difficile comme d'autres l'ont fait !"

En Occitanie, le RN avance la sécurité comme point principal de campagne, tandis que la socialiste Carole Delga avance son propre bilan en tant que présidente de Région sortante. Les LR, de leur côté, ne semblent pas clairs dans leur programme. "La période est difficile pour la droite républicaine", concède Aurélie Pradié. Toutefois, "c'est justement quand c'est difficile qu'il faut des femmes et des hommes courageux pour relever le gant. Je ne vais pas me barrer parce que c’est difficile comme d'autres l'ont fait !".

Il estime que la droite républicaine a "une place" entre la "mauvaise gestion" des élus socialistes et "le Rassemblement National dont on sait qu’il n’apportera pas une seule solution à nos concitoyens ici en Occitanie".

"Je suis le seul à avoir un projet solide", affirme-t-il. J'ai fait de la santé une priorité, ajoute-t-il, en prenant l'engagement que dans cette région, plus aucun habitant ne soit à plus de 30 minutes de la prise en charge d'une urgence cardiaque ou de maternité. Sur la sécurité, 20 millions d'investissement chaque année pour qu'aux abords de nos lycées, plus aucun de nos jeunes ne consomme des stupéfiants. Voilà des propositions concrètes, chiffrées, opérationnelles pour être un président de cette région à la fois juste et ferme sur les questions d'autorité".

 

"Si François Baroin est candidat demain à la présidentielle, il aura tout mon soutien"

François Baroin est-il un candidat potentiel pour les Républicains pour la présidentielle de 2022 ? "Je dis depuis le début que François Baroin était pour moi celui qui aurait mon soutien. C'est un homme d'État, capable de rassembler, un homme d'autorité. Il est toujours dans la course pour l'intérêt pour notre Nation ! S'il est candidat demain à la présidentielle, il aura tout mon soutien", insiste-t-il.

 

 

Cliquez ici pour écouter "L’invité politique" avec Patrick Roger

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !