single.php

Amélie Oudéa-Castéra : à peine nommée, déjà une polémique

Par Jean Baptiste Giraud

Amélie Oudéa-Castéra, tout juste nommée ministre de l'Éducation, a suscité la polémique sur la scolarisation de ses enfants.

Amélie Oudéa-Castéra
Amélie Oudea-Castera, nouvelle ministre de l'Éducation, des Sports et des Jeux olympiques, à Paris, le 12 janvier 2024. (ALAIN JOCARD - AFP)

La toute nouvelle ministre de l’Éducation est déjà dans la tourmente. Amélie Oudéa-Castéra affirme avoir mis ses enfants dans l’enseignement privé par manque de professeurs. Une enseignante déclare que ce n’est pas la véritable raison.

"Une explication très simple"

Que penser des explications d’Amélie Oudéa-Castéra ? "Après un surdoué de la communication comme Gabriel Attal, on a une sous-douée de la communication, estime Jean-Paul Brighelli, essayiste, ancien enseignant et auteur de “La fabrique du crétin” (2022) et de “L'école à deux vitesses” (2023). Elle a donné des explications que personne ne lui demandait, et qui de surcroît sont des mensonges. C’est quand même très embêtant."

"Elle avait une explication très simple : elle habitait rue Stanislas, à cent mètres de la cité scolaire Stanislas. Après tout, Pap Ndiaye ne s’est jamais justifié d’avoir mis ses propres enfants à l’École Alsacienne. À partir de là, inventer un remplacement d’enseignants dans une école du sixième arrondissement de Paris qui est surdotée, qui n’a aucun problème…"

 

 

"Amélie Oudéa-Castéra devrait se méfier"

"Mediapart l’a attaquée car ils attaquent Stanislas systématiquement depuis un certain temps, rappelle Jean-Paul Brighelli. Mais ils n’avaient rien pour l’attaquer. Elle a donné le bâton pour se faire battre, en fait. Franchement, c’est très étrange de la part de quelqu’un réputé intelligent. Elle est un peu bloquée sur sa position de classe. Dans mes livres, j’explique que l’on est en 1788 : nous avons une oligarchie crispée sur ses privilèges et qui croit qu’elle sera éternellement là."

"Amélie Oudéa-Castéra devrait se méfier. Je rappelle que Claude Allègre s’est mis la profession à dos en dix minutes, et qu’il n’a pas survécu. Aujourd’hui, elle a rendez-vous avec l’ensemble des syndicats. Je pense que ses oreilles vont sérieusement siffler. C’était vraiment gratuit. Bien sûr que la communication consiste à mentir, mais le mensonge ne doit pas être éventé en trois minutes. Je comprends très bien qu’une ex-enseignante de l’école Littré se soit indignée en disant que ce n’était pas vrai."

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
07H
03H
23H
22H
20H
19H
18H
17H
Revenir
au direct

À Suivre
/