single.php

Migrants : l'agence Frontex sous le feu des critiques

Par Jean Baptiste Giraud

Pour Adrien Hall, co-auteur d’une tribune dans le FigaroVox, Frontex est devenu une « agence d’accueil pour clandestins ».

migrants
Des migrants débarquant à Lampedusa, en Italie, le 18 septembre 2023. (Zakaria Abdelkafi / AFP)

Les frontières de l’Europe sont-elles une passoire ? Comme l’a reconnu le patron de Frontex, un arrêt des flux migratoires est tout simplement impossible.

Frontex : "une situation de fiasco migratoire"

Adrien Hall, avocat au barreau de Paris, est le co-auteur d’une tribune dans le FigaroVox avec Théo Michel, vice-président des Républicains. Pour lui, Frontex est devenu une "agence d’accueil pour clandestins qu’il faut nationaliser". "Quand on voit la situation actuelle, on constate que Frontex est dans une situation de fiasco migratoire. Lorsque l’on regarde les chiffres, vous avez 380000 passages clandestins en un an."

"La route d’Afrique de l’ouest connaît une augmentation de passage de 160%, ce qui déstabilise les Canaries. Celle de la Méditerranée est en hausse de 50%, de même au niveau de la Grèce. Arrêtons de mettre de l’argent à fonds perdus pour développer une agence qui ne fonctionne pas. Les pays en première ligne n’en veulent pas. Mettons l’argent dans ces pays, pour qu’ils développent leurs propres forces de résistance et leurs garde-côte afin d’endiguer cet afflux migratoire."

 

 

Une agence détournée de sa mission

"Actuellement, promesse a été faite de porter les effectifs de Frontex à 10000 agents, explique Adrien Hall, avocat au barreau de Paris. Mais on en aura 3000 à Frontex, 3000 détachés par les états membres, plus 4000 autres détachés pour les périodes de tension. Faisons comme pour l’agriculture, une politique de défense migratoire commune, en mettant l’argent sur les pays en première ligne. Concentrons Frontex sur le fait de prévoir les grands mouvements migratoires, et laissons la compétence à ceux qui l’ont déjà."

"Ce patron de Frontex a dit quelque chose de très inquiétant : Frontex doit se concentrer sur le contrôle des droits fondamentaux des migrants. Frontex est en train de devenir cette agence d’accueil, cette super ONG. Elle n’est pas du tout en train d’exercer sa mission de contrôle des frontières. C’est ce qui avait fait démissionner son patron précédent, le français Fabrice Leggeri, qui s’en plaignait. Il y a cette volonté interne de la Commission Européenne de se concentrer sur les droits fondamentaux des migrants et non sur la défense des frontières."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/