"La rencontre avec Kim Jong-un démontre peut-être que la méthode Trump est la bonne"

"Cette rencontre avec Kim Jong-un est une annonce surprise et démontre peut-être que la méthode Trump est la bonne"

Jean-Éric Branaa (Spécialiste des États-Unis et maître de Conférences à l'Université Paris 2 Panthéon-Assas) était ce vendredi l'invité de Patrick Roger dans le Grand Matin Sud Radio.

La nouvelle, inattendue et encore inimaginable il y a peu, a fait l'effet d'une bombe. Jeudi soir, le président américain Donald Trump a accepté de rencontrer son homologue nord-coréen Kim Jong-un, alors que les deux dirigeants s'étaient jusqu'à présent livrés à une escalade verbale faisant craindre le pire. Le leader Nord-coréen s'est également engagé à œuvrer à la "dénucléarisation" tout en promettant de ne pas se livrer à "de nouveau test nucléaire ou de missile". Si le lieu et la date de cette rencontre historique n'ont pas encore été précisés, ce sommet à venir suscite autant d'espoir que d'interrogations quant à l'évolution des relations entre les deux pays ennemis. Pour Jean-Éric Branaa (spécialiste des États-Unis), cette nouvelle inattendue est d'abord un succès diplomatique pour les deux pays.

"C'est doublement historique pour Donald Trump"

"C'est une annonce surprise, personne ne l'a vu venir ! Bien malin celui qui aurait pu annoncer cela, ne serait-ce qu'hier. Tout le monde est dans l'expectative et Donald Trump est peut-être en train de démontrer que sa méthode est la bonne. Une méthode consistant à monter le ton, replacer la Corée du Nord sur l'axe du mal, annoncer le feu et la fureur et intensifier les sanctions", affirme-t-il. "Derrière tout cela, Kim Jong-un n'est pas non plus un homme tombé de la dernière pluie. Pour sa propre propagande, il va expliquer à son peuple que les Coréens du nord sont désormais au niveau des États-Unis puisqu'ils peuvent avoir une discussion bilatérale directe avec le président américain. C'est donc en même temps une grande victoire pour lui et c'est paradoxalement cette façade, ou cette parade, qui peut nous rassurer parce que pour sortir d'un grand conflit, il faut que les deux s'y retrouvent et sortent vers le haut. Là, on est peut-être dans les bonnes conditions pour cela", explique-t-il ensuite.

Et l'intéressé de souligner par ailleurs le rôle de la Chine dans cette voie de la normalisation. "On sait que les Chinois poussent à cette solution. Ils aimeraient bien que les Américains et les Coréens du nord s'asseyent à une table pour pouvoir discuter et qu'ils soient ainsi mis un peu en dehors de tout ça. Donald Trump a mis la pression sur la Chine pour essayer de sortir de ce conflit qui, rappelons le, est déjà vieux de 70 ans et aucun président américain n'a réussi à le résoudre. Donc c'est doublement historique pour Donald Trump .Si c'est une opération de communication très forte pour Kim Jong-un, ça l'est également pour Donald Trump. Les deux ont intérêt à ce que ça marche", conclut-il.

>> L’intégralité de l’interview est disponible en podcast

 

Les rubriques Sudradio