single.php

Élections en Turquie : est-ce la fin d’Erdogan ?

Par Jean Baptiste Giraud

Pour la première fois en Turquie, il devrait y avoir un second tour à l'élection présidentielle. Qui va l'emporter ?

Turquie
Le président islamo-conservateur sortant Recep Tayyip Erdogan en bonne position pour le second tour. (Bulent Kilic / AFP)

Un peu de suspense du côté du Bosphore : il y aura pour la première fois un second tour à l’élection présidentielle turque. Le président islamo-conservateur sortant Recep Tayyip Erdogan et son adversaire, Kemal Kiliçdaroglu, devraient se retrouver pour se départager le 28 mai prochain.

Turquie : Erdogan bien placé pour l'emporter

Erdogan contesté ? "Il est plutôt en position favorable, juge Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS et spécialiste de la Turquie et du Moyen-Orient, auteur du livre La Turquie, un partenaire incontournable. "D’abord, il est devant à l’issue du premier tour, avec 49% des suffrages exprimés, selon 98% des bulletins de vote. Son concurrent le plus direct est à 45%. Cela induit une dynamique en faveur d'Erdogan pour le deuxième tour."

"Deuxième aspect important à ne pas oublier : hier, il y avait en même temps des élections législatives. Le Parlement sera à nouveau dominé par le parti de Recep Tayyip Erdogan. Il part donc avec deux atouts pour le deuxième tour. À la grande surprise des observateurs, il a tenu le choc. Cela prouve une fois de plus qu’il a une base sociale et électorale très solide."

 

Un régime autoritaire, pas une dictature

Une base sociale contestée par la crise économique... Est-ce l’inflation qui a joué dans le résultat ? "Cette crise économique que connaît la Turquie depuis quatre ans est terrible. Le taux d’inflation était supérieur à 85% l’an dernier. Cette année, il est en légère régression. C’est terrible pour les classes moyennes et populaires. Il faut souligner que durant cette campagne, Erdogan a bénéficié de beaucoup plus de temps d’antenne que son opposition. Environ 80% de la presse est sous la tutelle du parti au pouvoir. C’est un facteur qui permet de mieux comprendre les résultats."

"Pour autant, c’est très étonnant, cela n’a pas affecté sa base électorale, constate Didier Billion, directeur adjoint de l’IRIS. Le facteur important, c’est l’usure du pouvoir. Après vingt ans, elle n’est pas si manifeste que cela. Il tient le choc." Peut-on dire que la démocratie est respectée ? "Nous avons là une preuve éclatante que ce n’est pas une dictature. C’est un régime autoritaire, où les libertés démocratiques fondamentales sont attaquées par le pouvoir. Pour autant, le scrutin s’est déroulé dans des conditions optimales."

Retrouvez "Sud Radio vous explique" chaque jour à 7h40 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter “Sud Radio vous explique”

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
11H
10H
09H
07H
05H
23H
22H
20H
Revenir
au direct

À Suivre
/