single.php

Violences lycéennes : Pécresse prise à partie par une mère de famille

Par Benjamin Jeanjean

Au lendemain de violences dans plusieurs lycées de région parisienne, la présidente de la région Île-de-France a été interpellée devant les caméras par la mère d’une jeune fille figurant parmi les 54 gardés à vue.

Thumbnail

Quelques semaines seulement après le déclenchement de l’affaire Théo et une flambée de violences urbaines dans plusieurs villes de région parisienne, de nouvelles scènes de violence ont eu lieu ce mardi 7 mars dans trois lycées de Seine-Saint-Denis, conduisant à la mise en garde à vue de 54 personnes. Venue constater sur place les dégâts matériels estimés à près de 70 000 euros, la présidente de la région Valérie Pécresse s’est faite interpeller par la mère d’une gardée à vue.

"Des parents n’ont même pas été mis au courant"

"Les innocents qui sont parmi ces gardés à vue, on fait quoi pour eux ? Il n’y en a qu’un seul qui est sorti depuis ce matin ! Il y a des parents qui n’ont même pas été mis au courant que leur enfant est en garde à vue ! Je me démène comme une malade pour mes enfants, pour qu’en fin de compte ils se retrouvent en garde à vue. (…) Au commissariat on ne nous dit rien du tout, ce n’est pas normal", a notamment déclaré cette mère de famille devant les caméras de BFMTV. De son côté, Valérie Pécresse a rétorqué que "ceux qui ont fait ça ne sont pas seulement des enfants, mais aussi des voyous".

Pécresse veut une "politique de sécurisation globale"

"Ce qu’il s’est passé est extrêmement grave. C’est la première fois dans l’histoire de ce lycée (Ndlr : le lycée Suger à Saint-Denis) que les casseurs perpétuent leurs actes à l’intérieur de l’établissement. Il y a eu trois départs d’incendies volontaires dans le lycée par des jeunes qui connaissaient visiblement très bien les lieux. (…) Bien évidemment, il est dur d’avoir son enfant en garde à vue, mais je demande aux parents de laisser la police faire son travail. Je pense qu’il faut mener une politique de sécurisation globale", a par la suite déclaré l’élue régionale, toujours sur BFMTV.

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
14H
13H
12H
11H
Revenir
au direct

À Suivre
/