"Un énorme problème de santé publique" : les chirurgiens-dentistes dans une situation critique - Sud Radio à votre service avec Fiducial

Nathalie Uzan, présidente du conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes de l’Isère, était intervenue sur Sud Radio le 9 avril dernier. Depuis, la situation ne s'est pas améliorée : "Il y encore beaucoup de problèmes à régler", pointe la chirurgienne-dentiste.

Dentist Pablo Gonzalez and clinical assistant Patricia perform a dental surgery on a patient at the Camarma Dental Clinic in Camarma de Esteruelas, near Madrid, on May 11, 2020. - Spain recorded another 123 COVID-19 deaths, 20 fewer than on Sunday and down from 950 on April 2 when health experts believe the country's outbreak peaked. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)

"Il y encore beaucoup de problèmes à régler", alerte Nathalie Uzan ce matin, au micro de Cécile de Ménibus :

 

Les chirurgiens-dentistes sont en effet aujourd'hui confrontés à plusieurs problèmes :

D’abord, le manque de masques. Si le ministère de la santé devait leur fournir 24 masques FFP2 par semaine, il y a eu un problème de réception en officine, et ils n’ont donc pas tous été livrés.

A cela s’ajoutent d’autres problèmes, d’application du protocole sanitaire : là où il faudrait ouvrir grand les fenêtres pour aérer, nettoyer les surfaces entre chaque patient - "des protocoles très stricts à appliquer" -, Nathalie Uzan juge qu'"on ne nous donne pas vraiment les moyens d’appliquer nos recommandations" : "c'est un énorme problème de santé publique".

Nous attendons ce décret en urgence - Nathalie Uzan

En attente d’un décret d'application pour réguler les flux qui arrivent en consultation, décret non encore paru au journal officiel, "et que nous attendons en urgence", la chirurgienne-dentiste réclame des masques (non seulement chirurgicaux, mais FFP2) le plus vite possible, ainsi que l’extension de la téléconsultation médicale au domaine de la chirurgie-dentaire, pour pouvoir conseiller les patients à distance, et les rassurer avant de pouvoir les accueillir dans de bonnes conditions.

Alors que les carnets de rendez-vous des chirurgiens-dentistes se remplissent à vue d’œil, elle espère que le ministère de la santé saura entendre leur requête, et ce dans l'intérêt des patients, et des praticiens.

Sud Radio à votre service dans Le Grand Matin Sud Radio à 6h50 avec FIDUCIAL.

Abonnez-vous au podcast