Pierre Vermeren : "La question migratoire n’est pas prise au sérieux, au début"

Pierre Vermeren était l’invité d’André Bercoff jeudi 21 novembre 2019 sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états" pour présenter son dernier ouvrage, "Déni français" (aux Éditions Albin Michel).

Pierre Vermeren invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Historien, professeur et spécialiste du Maghreb et des mondes arabo-berbères, Pierre Vermeren présente son dernier ouvrage publié aux éditions Albin Michel, le Déni français. Une analyse de la question de l’Islam en France depuis la fin de la guerre d’Algérie.

 

"Tout d’un coup on est chassé très violemment d’Algérie"

Dans son livre, Pierre Vermeren explique que la fin de la guerre d’Algérie a été un tournant dans l’histoire des relations entre l’Islam et la France. "Pendant plus de 130 ans, on s’occupe de diriger les pays d’Afrique du Nord et tout d’un coup, on est chassé très violemment d’Algérie". C’est un coup dur pour le gouvernement de Charles De Gaulle qui dira, en Conseil des ministres, "ça y est, on est débarrassé".

"Rien n’était fini, en réalité", explique l’historien invité par André Bercoff : "la colonisation a donné lieu à une immigration progressivement de plus en plus importante" au point que "les problèmes qu’on avait crus extérieurs sont devenus des problèmes intérieurs".

"La diaspora maghrébine en Europe a un PIB qui est équivalent à celui du Maghreb", soit 350 milliards de dollars, précise le spécialiste. 15% de la population maghrébine se trouvent en Europe et sont "considérés par les États maghrébins comme [faisant partie de la population] maghrébine" alors que l’Europe estime qu’il s’agit de populations intérieures.

Dans les années 80, "la question de l’Islam devient une question française"

Avec l’installation pérenne des populations, "la question de l’Islam devient une question française" et, jusqu’à la guerre civile algérienne, elle est sous-traitée par l’Algérie puis également par le Maroc. "Les musulmans d’Europe occidentale et notamment de France sont devenus une espèce de foire d’empoigne pour tous les mouvements de ce qu’on appelle l’Islam politique". C’est à ce niveau, explique Pierre Vermeren, que l’on retrouve "toutes les ingérences", notamment celles de certains pays du Golfe.

Aujourd’hui, le problème vient de la nouvelle génération des politiques qui "n’ont pas la culture et la formation", concernant l’Islam, qu’avait l’ancienne génération jusqu’à Jacques Chirac et qui ont des difficultés à comprendre tous les tenants et aboutissants de l’héritage de la colonisation et de la guerre d’Algérie.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !