"Les obsèques de Johnny Hallyday, un moment de communion nationale extraordinaire"

Daniel Rondeau était l'invité de l'émission Les Clefs d'une Vie, présentée par Jacques Pessis, sur Sud Radio.

Thumbnail

Invité de l'émission Les Clefs d'une Vie, Daniel Rondeau a évoqué son nouveau livre, consacré à Johnny Hallyday, qu'il connaissait bien (Johnny, éditions NIL).

"J'ai rencontré Johnny quand je travaillais encore dans une radio locale de Nancy, lors d'une interview après un de ses concerts, a-t-il raconté. Je vais dans sa loge, il est bavard, discret, naturel, détendu. À la fin, il me dit 'Tu vas venir déjeuner avec moi'. Il avait privatisé un restaurant, on a discuté, on a bu du vin de Bourgogne et on s'est quitté à 3h30 du matin. Et on s'est toujours revus."

"Johnny Hallyday avait énormément d'humour"

C'est donc en proche du chanteur qu'il décrit un personnage cultivé, "qui avait une intelligence au laser, loin des connaissances académiques, mais hors du commun", mais aussi plein d'humour.

 

"Il a téléphoné un jour pour retenir une chambre d’hôtel à Fontainebleau, se souvient Daniel Rondeau. La standardiste lui demande son nom et il lui dit ‘Johnny Hallyday’ et la standardiste lui a réponde ‘Et moi je suis la reine d’Angleterre’. Il a quand même retenu la chambre et quand il est arrivé, il s’est adressé à la standardiste et lui a dit ‘Vous êtes la reine d’Angleterre, I presume ?’"

Autre anecdote, un jour où il attendait le chanteur pour aller déjeuner chez Philippe Noiret : "D'un seul coup, je reçois un coup de fil sur mon portable, c'était Johnny, il me dit ! 'C'est très embêtant, il y a un accident sur l’autoroute, j’étais à Lille, je ne serai pas là avant trois ou quatre heures’. Je lui réponds ‘Johnny, tu te souviens, on devait aller dîner chez Philippe Noiret, j’annule ou pas ?’ À ce moment-là, j’entends un hurlement de rire derrière le rideau du bar. Johnny était à un mètre de moi, derrière la tenture, caché."

Chanter, c'est toujours arrêter le temps des hommes. Le jour de ses obsèques, il n'a pas chanté, mais il a arrêté notre temps pendant presque 24 heures

Et de se souvenir avec émotion des obsèques nationales organisées après sa mort : "C’est un moment de communion nationale extraordinaire, imprévu. Ces obsèques ont été organisées en 48h, on s’aperçoit qu’il y a un million de personnes dans la rue, tous présents avec une dignité absolue, remarquable. Les musiciens, les guitaristes, la meilleure section de guitare rock du monde sont là et vont jouer avec une sorte de mélancolie, de tristesse profonde et de retenue, devant le cercueil de Johnny. 15 millions de téléspectateurs, plusieurs millions à l’étranger aussi. Ce jour-là, il s’est passé quelque chose. Chanter, c’est toujours arrêter le temps des hommes. Surtout quand Johnny chantait. Ce jour-là, il n’a pas chanté et malgré tout, il a arrêté notre temps pendant presque 24 heures."

Réécoutez l'émission Les Clefs d'Une Vie, présentée par Jacques Pessis, avec son invité, Daniel Rondeau