Comment pardonner ? La réponse de Brigitte Lahaie

Le pardon est un vaste sujet qui d’ailleurs ne réussit pas à mettre tout le monde d’accord ! Je crois pour ma part qu’il est nécessaire de trouver le juste milieu.

Comment pardonner ? La réponse de Brigitte Lahaie
Tous les conseils de Brigitte Lahaie sont sur Sud Radio

Quoi qu’il nous soit arrivé, quoi qu’on nous ait fait, l’essentiel consiste à pouvoir sortir de la haine qui nous enferme dans une posture négative qui entraînera forcément des répercussions sur notre organisme et qui nous bloquera pour l’avenir. Voilà pourquoi il est important de pardonner.

Néanmoins, dans un premier temps, manifester de la colère n’est pas une attitude néfaste bien au contraire puisque la colère est une émotion qui indique un sentiment de trahison. Appuyons-nous sur deux exemples concrets pour comprendre le processus de pardon.

Pardonner un parent toxique qui a fait du mal

Les blessures qui datent de l’enfance sont sans nul doute les plus complexes à dépasser puisqu’en tant qu’enfant, nous sommes forcément dans l’amour inconditionnel pour notre parent. Dès lors, nous nous pensons responsable des mauvais comportements que nous fait subir l’adulte.

Ce ne sera que bien plus tard qu’on pourra analyser en toute conscience les méfaits de cette relation toxique sur notre psychisme. Si on veut pouvoir entretenir une relation saine envers ce parent vieillissant, il nous faudra parvenir à lui pardonner.

Avant de se questionner sur la nécessité du pardon, il y a une condition indispensable : faut-il maintenir cette relation ?

Parfois lorsque le parent a été totalement destructeur, mieux vaut y mettre un terme. Pourquoi faudrait-il pardonner l’impardonnable ? En effet, je crois qu’on a le droit de renier son parent, contrairement à ce que nous enseigne la religion. Il sera alors utile de se pardonner à soi-même. Sinon le lien risque de se maintenir.

Le pardon à soi-même consiste à sortir de la culpabilité. En tant qu’enfant, nous ne sommes responsables de rien. Ensuite, il sera possible de tirer le meilleur de cette épreuve initiatique. Un enfant blessé qui parvient à faire quelque chose de sa blessure devient un adulte bienveillant. Autant dire que ce chemin passera par différentes phases. L’ultime étant l’acceptation d’avoir eu un mauvais parent et de guérir son enfant intérieur en l’aidant à renoncer à rechercher de l’amour qu’il n’aura jamais…

Le pardon à notre partenaire qui a eu une relation sexuelle avec quelqu’un d’autre

Là aussi, un sentiment de trahison nous envahit et peut provoquer une colère vengeresse. Attention toutefois à ne pas réagir sur le coup de la colère : par exemple en mettant fin à la relation. Il sera toujours temps de le faire plus tard. Un laps de temps d’au moins trois mois est indispensable pour digérer l’événement.

Dans un premier temps, il s’agit de voir la réalité en face. Notre partenaire n’est pas parfait mais nous avons aussi une petite part de responsabilité. Mieux comprendre ce qui arrive par rapport à soi est la meilleure manière d’entamer le processus de pardon.

Puis, il faudra accepter la colère en évitant qu’elle ne se transforme en vengeance ou en reproches continus. Parallèlement, il faudra que le partenaire comprenne le préjudice que son écart a provoqué et qu’il nous prouve son désir de continuer la relation. S’en suivra une phase de déprime, durant laquelle il faudra sortir de l’idéalisation de l’amour.

Ensuite, un nouveau pacte doit se décider ensemble pour repartir sur de nouvelles bases. Enfin seulement il sera possible d’accéder au pardon.

Durant toutes ces différentes étapes, il est normal de ressentir encore de la colère voire de la haine vis-à-vis du partenaire, tout comme des grands moments de tristesse. Il est également tout à fait logique d’envisager de mettre un terme à l’histoire car cela permettrait de ne plus souffrir. Mais si l’amour est encore présent, ce serait une erreur. Si tous ces sentiments sont trop confus, un travail thérapeutique sera le bienvenu.

Au fur et à mesure, tout doucement, une paix intérieure s’installera. C’est le signe que le processus du pardon est en route. Plus tard, celui qui aura su pardonner se sentira meilleur. Car le pardon a pour bénéfice de renforcer considérablement l’estime de soi.

Brigitte Lahaie

A lire aussi : Faire un bilan de la relation pour en sortir plus forts

Et retrouvez Brigitte Lahaie sur la page Facebook de l'émission !