single.php

Orthographe : "Des étudiants victimes d’une école qui ne leur a pas appris à écrire"

Pourquoi écrit-on aussi mal désormais ? Pour en parler, Aude Denizot, enseignante en droit privé à Le Mans Université était l’invitée d’André Bercoff sur Sud Radio, jeudi 27 juin, pour son livre Pourquoi nos étudiants ne savent-ils plus écrire ?, éd. Enrick.

Aude Denizot, sur la baisse du niveau d’orthographe, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.
Aude Denizot, sur la baisse du niveau d’orthographe, invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Les problèmes de niveau. L’écriture inclusive. L’oubli de l’orthographe. Autant d’éléments qui poussent aujourd’hui les étudiants à écrire… comme des pieds. Comment en est-on arrivé là ? Comment y remédier ?

Orthographe : "Des fautes de plus en plus étranges"

"À l’université, nous corrigeons beaucoup de copies. Et au fil des ans, je constatais qu’il y avait de plus en plus de fautes. Des fautes de plus en plus étranges. Des fautes que je n’avais jamais vues auparavant. Et cela remonte à avant les années 2000. Avant, quand les étudiants avaient des problèmes de ce type, ils étaient vite résolus. Aujourd’hui, les problèmes sont beaucoup plus graves, beaucoup plus nombreux", explique Aude Denizot, enseignante en droit privé à Le Mans Université et auteur de Pourquoi nos étudiants ne savent-ils plus écrire ? Publié aux éditions Enrick.

Mais de quels problèmes parle-t-on ? "Il y a des problèmes de ponctuation, de vocabulaire. Les étudiants confondent un mot avec un autre", ajoute Aude Denizot. De très nombreux exemples qui révèlent l’ampleur du problème. D’autant plus que l’on ne parle pas d’enfants de 7 ans, mais d’étudiants en cycle supérieur. Des exemples qu’Aude Denizot cite dans son livre, et qui ont de quoi effrayer…

"Les étudiants n’ont pas appris à se relire"

Pour Aude Denizot,"les étudiants n’ont pas appris à se relire. L’orthographe et la grammaire n’étant pas sanctionnés, cela ne sert à rien de se relire. Mes étudiants savent que je suis exigeante. Pourtant ils partent 30 minutes avant la fin de l’épreuve sans s’être relus correctement". "Depuis la grande section et le CP, on ne les fait pas suffisamment écrire. Les pauvres, ils sont victimes d’une école qui ne leur a pas appris à utiliser un vocabulaire riche, à ponctuer", lance-t-elle.

"Autrefois, nous écrivions dans nos cahiers les énoncés des exercices. Aujourd’hui, tout est photocopié. Même les concepteurs des sujets pour le concours des professeurs des écoles ne savent pas ponctuer", conclut Aude Denizot, qui avoue être mauvaise en orthographe. Ce qui ne l’a pas empêché d’être choquée par ce qu’elle lit au quotidien.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.
Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
15H
14H
13H
12H
Revenir
au direct

À Suivre
/