single.php

Ukraine : "Ce sera la défaite de l'OTAN et de l'Union européenne"

Par Adélaïde Motte

Guerre entre la Russie et l'Ukraine : André Bercoff en parle avec Xavier Moreau et Vladimir Fédorovski sur Sud Radio le 4 mars 2024.

Ukraine
Xavier Moreau et Vladimir Fédorovski, invités d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Xavier Moreau, historien et analyste politico-stratégique, et Vladimir Fédorovski, diplomate et écrivain russe d'origine ukrainienne échangent avec André Bercoff de la situation de la Russie dans la guerre en Ukraine.

"La hiérarchie attend des mensonges des instituts qui conseillent"

Pour Xavier Moreau, la Russie a gagné la guerre, et ce depuis longtemps. "Je pense que Zelensky et son entourage l'ont compris", dit-il, en apportant comme preuve les négociations commencées dès le début de la guerre par l'Ukraine et la Russie. "Il y a des forces qui se sont associées pour essayer de mettre fin à cette opération spéciale rapidement pour essayer d'obtenir des buts politiques contre la Russie." Résultat, aujourd'hui, l'économie européenne est au plus mal, principalement en Allemagne car les industries allemandes migrent aux États-Unis "là où l'industrie est pas chère."

Comment expliquer cet échec ? "La hiérarchie attend des mensonges des instituts qui conseillent, pour garder votre boulot vous racontez les bobards qu'ils ont envie d'entendre." On l'a notamment vu dans les annonces de Bruno Le Maire qui annonce l'écroulement de l'économie russe sans conséquences majeures pour l'économie française. Vladimir Fédorovski confirme cette analyse et s'en inquiète. "Aujourd'hui, les gens mentent et, ce qui est grave, croient à leurs mensonges."

"L'OTAN et l'Union européenne se sont investis en Ukraine, ce sera leur défaite"

Pourtant, la guerre continue, et l'Occident s'y investit toujours, notamment, selon Xavier Moreau, parce que "dans la mesure où l'OTAN et l'Union européenne se sont énormément investis en Ukraine, ce sera leur défaite." Le réveil sera difficile. "On s'aperçoit qu'une coalition de cinquante pays contre un pays, le pays gagne", sans compter que "toutes les infrastructures de la Russie continue." Les voies ferrées et les aires d'autoroutes sont toujours construites en Russie. À côté de cela, l'Union européenne fait face à des difficultés économiques. "L'Union européenne c'était la promesse de paix et de prospérité, on n'a ni la paix ni la prospérité, on a perdu notre souveraineté, pour quoi ?"

La situation semble même pire que ce qu'elle était pendant la Guerre froide. "Pendant la Guerre froide, nos grands-parents étaient beaucoup plus sages, beaucoup plus raisonnables que le sont aujourd'hui nos dirigeants, on était prudent et réaliste", estime Xavier Moreau. "Vladimir Poutine, quand il parle de l'arme nucléaire, c'est pour rappeler à Emmanuel Macron qu'il n'a pas la sagesse de ceux qui ont connu la Guerre froide". "Je suis profondément inquiet", dit Vladimir Fédorovski. "Je pense qu'on vit le moment le plus dangereux de l'histoire européenne, il n'y a pas de règles, il n'y a pas de garde-fous, c'est la pire crise depuis 1918, aujourd'hui tous les contacts sont rompus."

"Le premier corrompu d'Ukraine, c'est le président Zelensky"

Pour Xavier Moreau, la guerre entre la Russie et l'Ukraine est aussi une occasion de détourner l'attention des Ukrainiens des difficultés nationales. "On voit les recruteurs de Zelensky courir après ceux qui ne voulaient pas aller sur le front, la population ukrainienne veut que ça s'arrête". "La situation intérieure est très mauvaise, le premier corrompu d'Ukraine c'est le président Zelensky. Dans un système qui est un peu en bout de course, la tentation de mettre la population sous stress en lui proposant un conflit extérieur est forte. Ce que fait Emmanuel Macron, c'est un peu la même chose, en vendant la menace d'un conflit extérieur."

Il ne faut pas pour autant craindre une entrée en guerre de l'Occident avant quelque temps. "Autour d'Emmanuel Macron, il y a quand même des militaires qui sont formés, ils savent très bien que personne ne gagnera la troisième guerre mondiale. Je pense que c'est de l'agitation, on n'a plus d'armes, on n'enverra pas d'hommes, on n'a plus de munitions", rappelle Xavier Moreau. "Il faut tenir jusqu'à l'élection européenne, et américaine sur le plan des Démocrates."

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff du lundi au jeudi  à 13h dans Bercoff dans tous ses états Sud Radio.

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
09H
08H
05H
23H
20H
19H
18H
17H
16H
14H
Revenir
au direct

À Suivre
/