Gregory Zaoui : "Les quotas carbone se transfèrent rapidement"

Gregory Zaoui, qui s'auto-proclame "le cerveau de la plus grande arnaque fiscale du siècle, celle de la taxe carbone", était l'invité de "La culture dans tous ses états".

Gregory Zaoui
Gregory Zaoui, invité d’André Bercoff et Céline Alonzo dans "La culture dans tous ses états” sur Sud Radio.

Gregory Zaoui publie un livre : "Cash Carbone - Itinéraire du cerveau de l'arnaque du siècle" (Éditions Hugo Document).

 

Gregory Zaoui : "La TVA sur la taxe carbone, c'est 6 milliards d'euros sur 18 mois"

"La TVA perçue sur la taxe carbone, c’est 6 milliards d’euros. L’arnaque montée par Bernard Madoff, c’est 50 milliards de dollars. Mais c’est sur 40 ans. Avec la taxe carbone on est sur 6-7 milliards. Et récemment on m’a même parlé de 20 milliards d’euros. Et tout cela, sur un an et demi.

 


Le marché européen du carbone a été mis en place en 2005, sur les accords de Kyoto de 1997. Le but consiste à limiter l’effet de serre qui est émis par tous les pollueurs. En 2005-2006, il y a à peu près 11.000-12.000 installations à travers l’Europe qui polluent. On a donc mis en place des quotas à ne pas dépasser. Ceux qui dépassent les quotas sont obligés d’acheter des quotas. Et les autorités européennes ont eu l’idée d’ajouter la TVA sur ces quotas. Et c’est là que j’interviens", a expliqué Gregory Zaoui.

"J’ai découvert la marché carbone grâce à une rencontre en détention"

Comment tout cela a-t-il commencé ? "C’était une rencontre en détention. J’étais condamné pour la fraude fiscale en téléphonie mobile. Dans ma cellule on m’a mis avec un monsieur qui avait une quinzaine d’années de plus que moi. Et à longueur de journées, ce monsieur me parle d’écologie. Il avait une société dans le sud de la France, il installait des panneaux solaires. Et un beau jour il en a eu marre, il ne voulait payer personne, il a foutu sa boîte, et c’est pour ça qu’il s’est retrouvé en prison. Il m’a dit que je devais me mettre à l’écologie.

 


J’ai découvert le marché des panneaux solaires, des pompes à chaleur, de la géothermie. Et, de salon en salon, je découvre qu’il y a un marché des quotas carbone. On m’explique que les quotas se transfèrent rapidement, qu’il y a des registres comme des comptes bancaires. Je pose la question à la Bourse (car c’est les Bourses qui font ça) : y a-t-il une TVA sur les quotas carbone ?. Et la personne me répond : 'absolument, Monsieur Zaoui'."


À lire aussi :

 

Retrouvez “La culture dans tous ses états" avec André Bercoff et Céline Alonzo, chaque vendredi à 13h.