single.php

Franz Olivier Giesbert : "La France n'a pas encore touché le fond pour repartir d’en bas"

Franz Olivier Giesbert, journaliste, biographe, présentateur de télévision et romancier, était l'invité de "Philippe David dans tous ses états".

Franz Olivier Giesbert
Franz Olivier Giesbert, invité de Philippe David dans "Philippe David dans tous ses états” sur Sud Radio.

Franz Olivier Giesbert publie un livre, "Histoire intime de la Vème république, la belle époque” (Éditons Gallimard).

 

Franz Olivier Giesbert : "Le programme de François Mitterrand était un programme de Père Noël"

Le 2 avril 1974, Georges Pompidou décède. Franz Olivier Giesbert affirme que Georges Pompidou "s’est tué tout seul". Pourquoi ? "Il s’est tué tout seul parce qu’il a fait une mauvaise campagne, très gaulliste, un peu archaïque. À la fin, quand il coulait complètement, il a fait cet espèce de numéro de théâtral avec André Malraux, il était lui-même très jaune, Malraux n’allait pas bien physiquement non plus, ça donnait l’impression d’un naufrage complet."

 


François Mitterrand a-t-il été élu sur un programme totalement démagogique ? "C’est clair. A-t-il été élu grâce à ce programme ? Je n’en suis pas sûr, je ne suis pas sûr que les Français voulaient ça. Ça ressemblait aux programmes économiques qu’on a connus récemment, Macron ressemblait un peu au Père Noël, c’était une campagne de Père Noël. Chez Mitterrand il y avait la retraite à 60 ans, qui a coûté énormément d’argent à la société française et qui a l’faite régresser. N’oublions pas qu’en 1975, par son niveau de vie, la France est le pays numéro 5 au monde. Elle est tombée au 26e rang aujourd’hui."

"Dans les années 1970, la France avait le sentiment de compter"

Les années 1970 étaient-elles pas beaucoup plus libérées que les nôtres ? "C’était l’époque de deux grands humoristes, Coluche et Thierry Le Luron. Je ne suis pas sûr que des sketches comme ça passeraient à la télé aujourd’hui, à l’époque il y avait à chaque fois des scandales à la télé après les sketches de Thierry Le Luron. Je pense qu’aujourd’hui il serait arrivé des procès à Coluche ou Thierry Le Luron, qu’ils auraient perdus. On est dans un autre type de société. Mais je ne dirais pas que la liberté serait disparue pour autant", a répondu Franz Olivier Giesbert.

 


Les années 1958-1970, est-ce les plus belles années que la France ait vécues ? "La période de de Gaulle, c’est un espèce de redressement très rapide pour la France. Ça va lui être assez grisant. J’ai vécu mieux les années 1970. La France avait le sentiment de compter, et il y avait à sa tête des dirigeants qui prenaient des décisions, qui n’avaient pas la main qui tremble, qui décidaient. Mais vous savez, ça va revenir. La France n’a peut-être pas encore touché le fond pour repartir d’en bas. Je suis très optimiste quant à l’avenir à long terme, mais pas l’avenir à court terme. Il y a beaucoup d’énergie dans ce pays, c’est un pays absolument magnifique. On n'a peut-être pas l’amour de soi qu’ont les Italiens, et c’est bien dommage."

 

À lire aussi :

Cliquez ici pour écouter l’invité de Philippe David dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” de Philippe David chaque jour à 12h30 dans "Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.

L'info en continu
10H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/