single.php

Arno Klarsfeld : "La guerre est entre la Russie et les États-Unis"

Arno Klarsfeld, avocat et écrivain, était l'invité de "Bercoff dans tous ses états" le 27 janvier 2023 sur Sud Radio.

Arno Klarsfeld
Arno Klarsfeld, invité de Valérie Expert et Gilles Ganzmann dans "Sud Radio Média" sur Sud Radio.

Arno Klarsfeld a lancé sur Change.org une tribune intiulée "Non à une 3ème guerre mondiale pour le Donbass".

 

"Nous n’avons pas besoin d’un troisième conflit sur le sol européen"

"Les peuples ont soutenu l’Union européenne parce qu’ils pensaient que cette union était garante de paix. Pourtant cette Union semble nous entraîner dans un conflit généralisé qui dévasterait à nouveau le continent européen sans même rechercher un compromis dans la guerre entre la Russie et l’Ukraine, qui n’est pas membre de l’OTAN, sans consulter les peuples de l’Union. Nous nous y opposons", peut-on y lire.

 


"J’ai été étonné, révolté même qu’il n’y ait pas d’initiative de la part des dirigeants européens pour essayer de trouver un compromis. Les Européens sont les premiers concernés. Et en cas de conflit généralisé, la guerre se passerait sur le continent européen, elle déborderait à l’ouest. Il y a déjà eu deux suicides collectifs : la Première guerre mondiale, la Seconde guerre mondiale… Nous n’avons pas besoin d’un troisième conflit qui se passerait sur le sol européen avec son lot de misère et de dévastation", a commenté Arno Klarsfeld.

"La victoire de l’Ukraine est très peu probable"

"L’Europe ne donne pas de plan, elle dit : 'jusqu’à la victoire de l’Ukraine'. Mais la victoire de l’Ukraine, elle est très peu probable. Les Russes sont trois fois plus nombreux que les Ukrainiens, ils sont fanatiques, ils sont prêts à mourir, ils ont 6.000 têtes nucléaires… je ne crois pas qu’ils puissent perdre. Les Ukrainiens peuvent contenir les Russes mais ils ne peuvent pas les battre. Il faut donc trouver un compromis. Et la responsabilité notamment de l’Allemagne et de la France est de pousser à un compromis.

 


La Russie et les États-Unis doivent trouver un compromis parce que la guerre est entre la Russie et les États-Unis. L’Ukraine paie les pots cassés, avec sa population, ses soldats malheureusement. Mais qu’a-t-on appris de la crise des missiles de 1962 à Cuba entre Khrouchtchev et Kennedy ? A-t-on appris qu’il fallait tenir bon ou faire un compromis ? Je crois qu’on a appris les deux. Parce que Khrouchtchev a retiré ses missiles, mais les Américains aussi ont retiré leurs missiles de Turquie. Même les Soviétiques n’ont jamais débordé sur leur zone d’influence. Donc, ce qu’il faut faire, c’est trouver un compromis", a poursuivi Arno Klarsfeld.

 

À lire aussi :

Cliquez ici pour écouter l’invité d'André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez “Le face à face” d’André Bercoff chaque jour à 12h30 dans "Bercoff dans tous ses états" Sud Radio.

L'info en continu
12H
11H
10H
09H
08H
Revenir
au direct

À Suivre
/