single.php

Jeux Olympiques : le maire de Los Angeles ouvre grand la porte à Paris pour 2024

Par Benjamin Jeanjean

Alors que Los Angeles et Paris doivent encore se mettre d’accord avec le CIO pour savoir quelle ville organisera les Jeux Olympiques en 2024 et 2028, le maire de la métropole californienne a laissé entendre que sa ville pourrait se contenter de 2028.

Thumbnail

En actant récemment le principe de la double désignation pour pallier au manque de candidatures et ne pas se priver de deux excellents projets unanimement reconnus, le Comité International Olympique (CIO) a enlevé une petite épine du pied à Paris et Los Angeles, leur confiant officiellement l’organisation des Jeux de 2024 et 2028. Reste désormais à déterminer "l’ordre de passage" entre les deux villes, au terme d’une concertation entre les deux comités de candidature et le CIO.

Garcetti : "Nous serions stupides de ne pas choisir 2028"

Or, alors que certains bruits de couloir donnent Paris favorite pour 2024, le maire de Los Angeles, Eric Garcetti, a fait un nouveau pas vers une organisation des Jeux en 2028 pour ce qui est de sa ville. "Ce que (les instances olympiques) proposent d'un point de vue financier est tellement intéressant que nous serions stupides de ne pas choisir 2028", a-t-il notamment déclaré dans un entretien accordé à BuzzFeed. "Il est très probable que 2024 ne se produise pas pour nous, même si le mouvement olympique serait bien inspiré de nous choisir pour 2024, car Los Angeles a toujours réussi à relancer la marque JO", a ajouté M. Garcetti.

Estanguet : "C’est le bon moment, en 2028 on ne sait pas si ce sera toujours le cas"

De son côté, le co-président du comité de candidature parisien, Tony Estanguet a déclaré ne pas vouloir "commenter le processus en cours piloté par le CIO", alors que Paris a toujours fait de 2024 son objectif unique. Dans un entretien accordé au Figaro, l’ancien kayakiste a de nouveau expliqué pourquoi la candidature parisienne ne pense qu’à 2024. "Il y a plusieurs raisons à cela. Paris se relançant dans une candidature pour la quatrième fois, on a essayé de corriger nos erreurs passées et on a tout mis dans notre projet, on n’a fait aucun compromis. On a proposé un projet très fort, notamment pour les athlètes. Et on sait qu’il n’est pas faisable techniquement pour 2028 (notamment la disponibilité des terrains devant accueillir le village olympique). La deuxième raison, c’est que le CIO a besoin de revenir en Europe et économiquement c’est intéressant pour lui en 2024. La troisième raison, c’est qu’on fêtera en 2024 le centenaire des Jeux de 1924 à Paris. Enfin, on a l’impression que c’est le bon moment aujourd’hui pour organiser les Jeux en France, dans la mesure où il y a une dynamique forte avec l’État, la ville, la région et le mouvement sportif. Tous ces acteurs sont unis avec un bon soutien populaire. En 2028, on ne sait pas si ce sera toujours le cas", a-t-il confié.

L'info en continu
08H
07H
23H
22H
21H
Revenir
au direct

À Suivre
/