À Toulouse, un restaurateur au bout du rouleau

À Toulouse, un restaurateur ne sait plus quoi faire face aux exigences de l’architecte des Bâtiments de France.

Toulouse restaurateur
La volonté de la ville de Toulouse de voir son centre-ville historique rejoindre le patrimoine mondial de l'Unesco complique la vie des résidents et commerçants. (Photo Erix Cabanis / AFP)

Davide Pappalardo a ouvert un restaurant de spécialités siciliennes. en plein confinement, à Toulouse.

Un conflit pour une simple porte automatique

Mais depuis son ouverture, le patron de Camurrìa se retrouve en conflit avec l’architecte des Bâtiments de France. En effet, à Toulouse, en vue de faire entrer le centre historique de Toulouse au patrimoine mondiale de l’Unesco, les projets d’urbanisme se succèdent depuis des années. "Dans toute la rue, il a été décidé de faire un ravalement de toutes les façades, explique le restaurateur. Ils ont démarré des travaux en 2020. Avec le Covid, ils ont pris du retard."

"Quand j’ai repris le restaurant, j’ai travaillé dans un chantier pendant trois mois, confie Davide Pappalardo. Ils ne sont pas contents du fait que j’ai installé une porte automatique, pour donner de la valeur au commerce, mais aussi pour des questions de santé, du fait de la pandémie. Là, cette porte est rouge. Ils veulent bien que je la garde, mais il faut que je la peigne en gris."

 

Des travaux à la charge du restaurateur

"Ils n’ont pas non plus réalisé les travaux à l’entrée, je les ai donc faits, explique le patron, de ce restaurant de spécialités siciliennes. J’ai posé un carrelage plus clair pour la marche qui se trouve juste à l’entrée. Ils ne sont pas contents et me demandent de l’enlever pour mettre du béton lissé à la place."

Seul souci pour le restaurateur : "Les petits travaux, c’est moi qui doit les faire. Mais les subventions pour les faire, ce sont les propriétaires qui les touchent. Je dois dépenser à peu près 6.000 euros pour faire les travaux. Je demande un peu de tolérance. Ce n’est pas normal de demander de tels travaux."

Retrouvez "Le coup de fil du Matin" chaque jour à 7h15 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger et Cécile de Ménibus.

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”