single.php

Stratégie de dépistage massif du Covid-19 : est-ce bien efficace ?

François Blanchecotte, président national du Syndicat des biologistes, et du Centre national des professions libérales de santé (CNPS), était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 11 septembre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Depuis quelques jours, de nombreux biologistes en France disent subir la vague du Covid-19 à la place des hôpitaux.

 

Prioriser les patients symptomatiques

"C’est vrai dans le sens que nous faisons 90% des tests PCR en France", confie François Blanchecotte, président national du Syndicat des biologistes, et du Centre national des professions libérales de santé (CNPS). Pourquoi sont-ils totalement débordés ? Trop de monde viennent faire des dépistages sans ordonnance ? "En fait, les demandes se sont multipliées. Nous avons beaucoup de demandes concernant la rentrée scolaire, pour le retour en entreprise, et un certain nombre de gens pour les voyages. Nous avons aussi tous les patients symptomatiques que nous n’arrivons pas à prioriser."

"C’est ce que j’ai demandé lors de mon audition au sénat, souligne le biologiste. Que les malades symptomatiques puissent être orientés vers les laboratoires, qu’ils puissent les prendre dans les délais que l’on demande, et peut-être organiser des dépistages de masse en dehors des laboratoires avec des méthodes de test rapides."

 

Diagnostic et dépistage de masse

Finalement, un objectif d'un million de tests a été fixé par le gouvernement, mais sans moyens déployés en face. "Nous avons d’abord agrandi nos espaces techniques, augmenté notre parc de matériel. Les groupes se sont organisés pour avoir plus de machines et de réactifs. Mais il faut quand même faire face à cette demande. Il faut organiser un système de dépistage plus rapide en première intention." Est-ce difficile de rendre le résultat rapidement ? "Oui, nous avons un système unique en Europe dans lequel on vous détecte puis on teste les cas contacts autour de vous. Si l’on a le résultat quatre jours plus tard, ce peut être embêtant pour ceux à qui vous avez pu transmettre le virus."

Certains remettent encore en cause la stratégie de dépistage massif. "Le regret est que l’on ait pas été porteur de masques en mai, pour maîtriser les clusters. Maintenant, cela part dans tous les sens." Qu’attend-il comme décision de la part du Conseil National de Défense ? "J’espère qu’un certain nombre de propositions vont être reprises, sur le diagnostic et le dépistage de masse."
 
Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici ! 

L'info en continu
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/