Sondage Ifop pour Sud Radio - Seuls 40 % des Français prévoient un "reconfinement dur"

Emmanuel Macron grand gagnant de ce sondage lorsque l'Ifop interroge "la gestion de crise sanitaire", seulement devancé par Édouard Philippe dans l'opinion. Marine Le Pen garde une certaine cote mais pas suffisamment pour convaincre la majorité des sondés. Enfin, les Français sont plus optimistes à l'idée de ne pas être reconfinés de manière drastique comme en mars. Décryptage.

Ce lundi, le président de la République s'entretenait avec le directeur général de l'OMS pour prendre la "température" de l'épidémie (Photo de Chirstian Hartmann / AFP)

Alors que les chiffres attestent d'une légère baisse du nombre de patients en réanimation et du nombre de tests positifs au Covid-19, les Français affichent un certain optimisme par rapport au mois dernier. Selon notre sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et CNews, 40 % des sondés croient qu'il y aura un "reconfinement dur", une opinion en baisse de 17 % si l'on compare avec les réponses données le mois dernier. Pour autant, à la question "croyez-vous qu'il y aura un reconfinement, même allégé ?", les Français persistent à dire "Oui" pour deux tiers d'entre eux.

Par-delà le jeu des pronostics, la question des vacances d'hiver est également posée. Faut-il les allonger ? Les avis sont plus que partagés puisque 52 % des Français souhaitent qu'elles soient prolongées, avec une marge d'erreur de 3 %.

 

Le président de la République sort renforcé de ce sondage, deux semaines après avoir décliné l'option confinement

Le pari d'Emmanuel Macron, à l'encontre des préconisations de l'AP-HP notamment, de ne pas confiner le pays pour la troisième fois en un an, semble porter ses fruits d'un point de vue politique. En effet, le président de la République s'impose comme le grand gagnant de cette étude car, parmi ses concurrents officiels ou officieux, seul Édouard Philippe gérerait "mieux ou de la même manière" la crise sanitaire. 22 % des suffrages recueillis attestent que l'ancien Premier Ministre "ferait mieux" que le chef de l'État, quand seuls 15 % considèrent que le maire du Havre "ferait moins bien".

Marine Le Pen arrive en seconde position à l'heure de juger si un opposant politique "ferait mieux" qu'Emmanuel Macron dans cette gestion de crise sanitaire, pour 20 % des sondés. Un chiffre a priori encourageant pour la patronne du Rassemblement National, sauf que 42 % estiment que cette dernière "ferait moins bien" qu'Emmanuel Macron.

 

*L’enquête a été menée auprès d’un échantillon 1 019 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, sur la base d'un questionnaire auto-administré en ligne, entre le 9 et le 10 février 2021.