single.php

"Seule la discipline de la population peut faire réussir le déconfinement"

Si l'épidémie touche à sa fin selon certains observateurs, d'autres estiment que des tests massifs et beaucoup d'auto-discipline restent de rigueur.

Le professor Tissot Dupont réalise un test à Marse(ille. CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Tests: déterminer 20-25 contacts autour du patient R zéro

Eviter à tout prix une deuxième vague: le plan de dé-confinement prévoit 700.000 tests virologiques par semaine. Le but est de tester massivement les personnes qui présentent des symptômes, ainsi que les personnes avec qui elle auraient été en contact.  Il faut isoler les porteurs du virus et enrayer la pandémie, explique le président du syndicat des biologistes François Blanchecotte:

"Ce qui est prévu dans la stratégie gouvernementale, c'est bien qu'on passe par un médecin. Les patients ne peuvent pas venir directement au laboratoire, il faut qu'on ait une consultation pour avoir ce fameux patient R zéro initial, symptomatique. Et c'est après, une fois que le médecin aura établi un diagnostic positif, qu'il déterminera un cercle de 20-25 personnes autour de lui: les patients contacts, déterminés à la fois par un médecin ou soit des enquêteurs. Ensuite, ils contacteront les laboratoires pour que ces prélèvements aient lieu"  - François Blanchecotte (syndicat des biologistes) joint par Lionel Maillet

 

Une pandémie qui touche à sa fin?

Mais Thierry Jacob qui gère une dizaine de laboratoires d’analyses dans les Bouches-du-Rhône ne s’attend pas à une demande beaucoup plus accrue de dépistages, car selon lui la pandémie touche à sa fin.

"Je pense pas qu'il y ait un afflux supplémentaire de patients. On le voit bien: on réalise le test de dépistage qui permet de mettre en évidence le virus. On peut tourner 24/24h et sortir 400 résultats par jour. En début de cycle épidémique, on avait 20-25% de positivité de nos séries, maintenant on tombe à 2% et on a même des séries avec zéro positif !" - Thierry Jacob joint par Lionel Maillet

 

"Seule la discipline de la population va marcher"

Dans les hôpitaux, tout est prêt pour accompagner cette période où la vie va reprendre peu à peu en France. Mais attention au danger, prévient le patron du Samu du CHU de Toulouse, le professeur Vincent Bounès... Surtout pour celles et ceux qui auraient des envies de fêtes:
"On peut mettre autant de mesures, de coercition, de plan, seule la discipline de la population va marcher ! C'est le seul truc qui fait que ça va réussir. Si le 11 mai au soir,  ils sont tous sur les berges de la Garonne en train de boire des coups, on a perdu, c'est fini on n'y arrivera jamais ! Si on déconfine progressivement, c'est pour bien comprendre qu'il faudra vivre avec ces mesures pendant des mois... C'est comme ça !" - Vincent Bounès (SAMU du CHU de Toulouse) joint par Christine Bouillot 

 

 

 

 

L'info en continu
22H
21H
19H
18H
17H
16H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/