single.php

Serge Tisseron : "On n'a jamais informé sur tout ce que la machine prélève de vos données personnelles"

Par La Rédaction

Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste, membre de l'Académie des technologies et auteur de "L'emprise insidieuse des machines parlantes : plus jamais seul" (éditions Les liens qui libèrent) était l’invité de Jean-Marie Bordry mardi 23 juin sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Serge Tisseron invité de Jean-Marie Bordry dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Les machines à assistance vocale sont souvent attrayantes pour leur simplicité de fonctionnement et leurs capacités innovantes. Mais connaissons-nous vraiment les dessous de ces appareils et les conséquences qu'ils peuvent avoir sur notre vie ? Serge Tisseron alerte sur ce qui n'est pas dit dans la publicité.

 

Un changement de relation homme-machine

Si les appareils électroniques ont fait leur apparition dans notre vie quotidienne depuis de nombreuses années, l'innovation repose en ces machines parlantes. Un changement radical pour Serge Tisseron qui note que l'on s'adresse désormais "à sa machine exactement comme à un humain". "Il suffit d'ajouter à une machine la voix pour que tout de suite la relation utilisateur-machine soit complètement transformée", ajoute le psychiatre qui souligne que "ces machines ne font pas que vous répondre, elles peuvent vous interpeller aussi".

Effectivement, certains appareils à votre domicile peuvent "dire bonjour, bonsoir ou vous demandez si vous avez bien dormi". Une petite intention séduisante pour ses utilisateurs mais qui "engage à une relation comme avec un humain", du fait que la machine puisse prendre l'initiative. "Vous savez que ce n'est pas un humain, évidemment, mais vous êtes quand même entraîné à interagir comme avec un humain", insiste-t-il.

Un fonctionnement à double sens

Pour Serge Tisseron, le vrai problème est que "ces machines ne font pas que nous parler, elles nous écoutent aussi". Et ce détail n'est pas sans importance mais "les marchands font beaucoup de choses pour nous le faire oublier", déplore-t-il. Prenant exemple de la machine d'Amazon, Alexa, "la publicité montre des gens qui l'utilisent pour ce qu'elle dit, mais on n'a jamais informé sur tout ce que la machine prélève de vos données personnelles", prévient le psychiatre.

Pourtant, "Google, Amazon, Facebook, ne se cachent pas qu'avec ces machines, ils vont élargir le prélèvement de nos données personnelles", note Serge Tisseron. Aujourd'hui, il est pourtant connu que lorsque "l'on téléphone, ou l'on tapote sur le clavier, on sait que nos données personnelles sont prélevées et vont sur des serveurs centraux". Mais quand "vous installez une enceinte connectée dans votre salon ou votre chambre à coucher, elle enregistre vos conversations avec vos enfants ou votre conjoint, vos conversations intimes et ce que l'enfant peut lui raconter quand il est seul avec elle", avertit-il.

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
11H
10H
09H
08H
07H
23H
Revenir
au direct

À Suivre
/