Sera-t-il bientôt interdit de se chauffer au fioul ?

Éric Layly, président de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage ; gérant de l’entreprise Fioul Littoral, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 18 janvier. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Demain, pourra-t-on encore se chauffer au fioul ? (Mychele Daniau / AFP)

À compter du 1er janvier 2022, il sera interdit d’installer une chaudière au fioul neuve dans les logements existants. L’interdiction démarre même le 1er juillet 2021 pour le neuf. Mais le gouvernement oublie de parler du passage possible des chaudières au fioul aux bio-énergies, tel le colza. La colère monte face à cette décision annoncée du fait de la transition énergétique.

 

"Une opération de propagande"

"Je parlerais plutôt de transition électrique, s’agace Éric Layly, président de la Fédération Française des Combustibles, Carburants & Chauffage ; gérant de l’entreprise Fioul Littoral. Nous sommes scandalisés par cette opération de propagande orchestrée par le gouvernement. Je voudrais d’abord rassurer les millions de Français qui se chauffent au fioul : ils pourront continuer en 2022 à se chauffer au fioul, à réparer leur chaudière. Une chaudière au fioul, cela dure 15-20-25 ans. Ils pourront l’utiliser tout ce temps, il n’y a pas d’interdiction du chauffage au fioul en 2022."

Et concernant la vente de nouvelles chaudières au fioul ? "Le décret prévoit d’interdire les chaudières émettant plus de 250 g/Kw/h. C’est un peu technique. Aujourd’hui, le gouvernement veut orienter les gens vers les pompes à chaleur et le tout électrique alors que depuis deux ans, nous travaillons sur une solution alternative, les chaudières au biofioul."

 

"Un débouché naturel, avec du colza français"

"En mettant un biofioul, composé à la fois de fioul domestique et d’huile de colza, on réduit les émissions de CO2 et ces chaudières au biofioul sont tout à fait autorisées, décrypte Éric Layly. Nous sommes scandalisés, car le gouvernement communique sur le fait de mettre les chaudières au fioul à la ferraille et d’installer une pompe à chaleur, mais ne parle pas du tout de ce projet. On travaille avec les constructeurs, le ministère, les agriculteurs qui cherchent un débouché pour leurs champs de colza. Il y a un débouché naturel, avec du colza français, en plus."

"97% des gens qui se chauffent au fioul en sont contents, estime le président de la Fédération Française des Combustibles. J’aimerais qu’on explique aux gens qui se chauffent ainsi que, demain, ils pourront continuer. Ce ne sera plus du fioul fossile, mais du biofioul, 30% bio, puis 50%, puis 100% bio. Ils seront chauffés à l’huile de colza. Cela marche très bien. Aller sur pompe à chaleur, ce n’est pas pour tout le monde. Il faut parfois une pompe haute performance et cela coûte 20.000 euros. On fait miroiter aux gens une pompe à chaleur à 1 euros. Les pompes à chaleur bas de gamme, ce sont surtout des pompes à électricité. Avec la vague de froid actuelle, ils se sont fait berner et vont avoir une facture énorme."

 

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”
Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.
Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !