Sans-abris : "le contexte fait qu'ils ne peuvent pas être à l'abri en journée, le froid est encore plus dur le soir"

Le Secours populaire de Paris demande au gouvernement de lancer le plan Grand Froid le temps de la grève. Sans attendre les habituelles règles de déclenchement, il a lancé le #Balancetonplan sur Twitter, une façon d’attirer l’attention sur les sans-abris qui profitent d’habitude des stations de métro ou RER pour se réchauffer. Grace Leplat de Sud Radio est allée à leur rencontre.

Sans-abris : le Secours populaire de Paris demande que soit déclenché le plan Grand Froid le temps de la grève. © AFP

 

Sans-abris : "tous les métros sont fermés et c'est là qu'on dort"

Habituellement à l’abri dans les stations de métro, de RER et dans les centres d’hébergement, les personnes démunies sont bloquées par la grève. Kamel attend les bénévoles du Secours populaire pour une bonne soupe et quelques vêtements chauds. Pour lui la grève, c’est surtout plus de toit pour dormir : "tous les métros sont fermés et c'est là qu'on dort, explique-t-il au micro de Grace Leplat de Sud Radio. On habite dans le métro ! On guette les lieux où on peut dormir..."

 

Aujourd'hui, les bénévoles sont quatre et non l’équipe habituelle, faute de transports. "On n'a personne alors que d'habitude, on a une petite dizaine de personnes qui sont présentes et régulières", confie Ninon, inquiète, qui fait cette maraude depuis un an. Même les sans-abris manquent à l'appel : "on n'a retrouvé qu'un bénéficiaire habituel, reconnaît-elle. On ne sait pas vraiment où ils sont ni pourquoi ils n'ont pas pu se rendre jusqu'à nous".

 

"On a lancé un appel auprès des pouvoirs publics pour déclencher le plan Grand Froid"

La ronde continue et pour Nicolas Raynal, qui mène l’équipe, l'objectif est d'apporter un peu de chaleur. "Le contexte fait qu'ils ne peuvent pas être à l'abri en journée, donc le froid est encore plus dur le soir, même si les températures ne sont pas assez froides pour déclencher le plan Grand Froid, regrette-t-il. Le ressenti est vraiment très difficile".

 

 

"On a lancé un appel auprès des pouvoirs publics pour déclencher le plan Grand Froid, explique Abdelsem Ghazi, secrétaire général de la Fédération de Paris du Secours Populaire. On n'est pas là pour critiquer cette grève, précise-t-il, mais pour dire qu'on aura du mal à atteindre les plus démunis, les personnes sans-abris, ce soir voire les soirs suivants, pour leur donner un peu de nourriture et surtout du réconfort, des duvets et de la chaleur humaine".

Le Secours populaire craint que la grève ne dure : au total près de 3.600 sans-abris vivraient à Paris, dont 700 enfants.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !