Routes limitées à 80km/h : "Sur l'ensemble du territoire, pas sûr que ce soit efficace"

Panneau 90km/h route nationale

Expert en accidentologie agréé par la Cour de cassation, Robert Hazan était l’invité du Grand Matin Sud Radio ce lundi pour revenir sur la volonté du gouvernement de limiter les routes nationales à 80km/h.

Limiter les routes nationales à 80km/h pourrait-il améliorer les chiffres de la sécurité routière et diminuer le nombre de morts sur les routes ? La mesure fait en tout cas beaucoup parler ces derniers jours. Sur Sud Radio, le président du Conseil départemental des Yvelines, Pierre Bédier, a ainsi critiqué ce lundi une "décision prise par des gens qui vivent dans les villes et qui peuvent monter dans un Uber quand ils veulent". Expert en accidentologie agréé par la Cour de cassation, Robert Hazan était lui aussi invité du Grand Matin Sud Radio pour s’exprimer sur ce sujet.

À lire aussi : Des routes nationales limitées à 80km/h ? "Ce n’est pas là qu’on va gagner des vies"

Pour lui, les bienfaits de la généralisation de cette mesure à l’ensemble du territoire sont tout sauf évidents. "Sur certains secteurs accidentogènes, ça pourra permettre bien sûr d’améliorer la sécurité. Sur l’ensemble du territoire, je ne sais pas... Un accident grave ou mortel est toujours le résultat de plusieurs facteurs dépendant de l’homme, des lieux, des dispositifs, du matériel, etc. En plus de ça, dans les accidents mortels que je traite, il y a toujours des vitesses supérieures à la limitation de 20 ou 30km/h", explique-t-il.

L’expert pointe notamment le comportement des automobilistes comme principale variable sur laquelle jouer pour diminuer le nombre d’accidents. "Il faut agir sur le comportement des conducteurs : le temps de réaction, les distances de sécurité qui ne sont pas respectées, l’alcoolémie, les stupéfiants, les médicaments, le micro-sommeil, etc.", énumère-t-il.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Robert Hazan dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Les rubriques Sudradio