single.php

Rodéos sauvages à Strasbourg : "sur le terrain, la justice ne fait plus peur"

Michel Corriaux, policier, secrétaire régional Grand Est du syndicat, était interviewé dans "le coup de fil du matin" sur Sud Radio le 1 octobre. "Le coup de fil du matin" est diffusé tous les jours à 7h12 dans la matinale animée par Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Alors que les rodéos sauvages se multiplient à Strasbourg, les peines des jeunes condamnés sont jugées bien trop légères par des policiers : un simple stage de sensibilisation à la sécurité routière.

 

Un sentiment total d'impunité

"Mes collègues ont constaté cet été la diffusion régulière sur le réseau social Snapchat de plusieurs individus s’amusant à faire des rodéos sauvages en scooter et en motos cross comme on a l’habitude de le voir à Strasbourg, détaille Michel Corriaux, policier, secrétaire régional Grand Est du syndicat Alliance. Avec un sentiment total d’impunité. Ils n’hésitent pas à provoquer les forces de l’ordre."

"Mes collègues ont mené une enquête qui n’a pas été facile. Elle a nécessité de nombreuses heures d’investigation pour identifier et interpeller les individus. Aucune des motos n’a pu être identifiée ni retrouvée, on ignore complètement leur provenance. Il s’en est suivi une comparution au tribunal de Strasbourg, assez rapidement."

Pas de réponse pénale ferme

"Je rappelle que le rodéo sauvage, c’est un à deux ans d’emprisonnement dans le code pénal, ce qui était le cas dans cette affaire. Au vu du travail des enquêteurs, on espérait une réponse forte du tribunal, en tout cas une peine suffisamment dissuasive, explique le secrétaire régional Grand Est du syndicat Alliance. On aurait pu penser à du sursis, un des individus était connu de nos services, déjà condamné pour d’autre faits."

"Les rodéos sauvages, ce n’est pas anodin, c’est vraiment un poison pour nos concitoyens, très dangereux. Cela finit parfois de manière dramatique, L’Etat dit être mobilisé contre ce fléau. Mais entre discours et promesses de fermeté, apparaît la réalité de la réponse judiciaire. Nous avons reçu une véritable douche froide, quand on a constaté que le tribunal les a juste condamnés à un stage de sensibilisation. Sans réponse pénale ferme, dissuasive, les policiers se trouvent désarmés devant la délinquance et une criminalité de plus en plus déterminée et violente. Comment imaginer une seconde que la réponse judiciaire va décourager la délinquance strasbourgeoise ? On constate sur le terrain que la justice ne fait plus peur. Ils vont continuer à commettre des délits dans un sentiment total d’impunité."

Cliquez ici pour écouter “le coup de fil du matin”

Retrouvez "le coup de fil du matin" du lundi au vendredi à 7h12 sur Sud Radio, dans la matinale de Cécile de Ménibus et Patrick Roger.

Sur quelle fréquence écouter Sud Radio ? Cliquez-ici !

L'info en continu
14H
13H
12H
11H
10H
09H
08H
07H
Revenir
au direct

À Suivre
/