Repas de réveillon : les produits exotiques ont eux aussi leur place

Emmanuel Macron déguste un fruit de la passion à La Réunion, en mars 2017 (©ERIC FEFERBERG - AFP).jpg

Sud Radio en fête ! Toute la semaine, Sud Radio vous présente chaque jour un dossier différent lié aux fêtes de fin d’année, avec trois intervenants à l’antenne. Après les huîtres, le foie gras, le champagne et les desserts, place aujourd’hui aux produits exotiques !

"Les gens sont de plus en plus demandeurs de fruits exotiques. Ils voyagent de plus en plus, donc ils découvrent sur place des fruits qu’ils n’ont pas l’habitude de consommer. De retour en France, ils voient ces produits en magasins ou chez des détaillants et commencent à les goûter et à prendre des habitudes de consommation un peu différentes". Au micro de Sud Radio, Gorette Pinto, acheteuse commerciale chez Capexo et très bien implantée à Rungis, confirme l’une des nouvelles tendances culinaires de ces derniers temps : la mode des produits exotiques. Pour cette importatrice, deux produits notamment se distinguent : le litchi et le fruit de la passion.

"En décembre, notre origine la plus répandue c’est la Réunion. Nous sommes leaders sur le litchi de la Réunion. C’est de loin le meilleur au goût, on ne peut pas le comparer avec les autres litchis du monde entier. On ne le trouve pas partout parce qu’il a un coût mais une fois qu’on l’a goûté, on ne peut pas passer à une autre origine ! C’est pareil pour le fruit de la passion, mais son problème est qu’il n’est pas en production toute l’année donc d’autres origines prennent le relais de janvier à décembre, notamment le Vietnam", confie-t-elle avant de déplore une production de litchis en baisse de 80% cette année suite au réchauffement climatique. "Il n’a pas fait assez froid donc on n’a pas eu assez de fleurs", explique-t-elle.

Réécoutez en podcast toute l’interview de Gorette Pinto dans le Grand Matin Sud Radio

"Les épices c’est comme l’amour, c’est subtil !"

L’exotisme sera également tout naturellement au menu du Café créole de Paris pour le réveillon. Son responsable Jimmy Blanche évoque pour Sud Radio les traditions culinaires antillaises. "Pour le menu idéal, on peut penser à beaucoup de féculents, à des ignames, à du colombo de poulet (une épice magnifique)… Ça peut être aussi du suprême de volaille à la sauce carambole. Dans les Antilles, le plat traditionnel familial est le roussi de porc. C’est une viande qu’on saisit très vite, avec beaucoup d’épices. Les gens confondent beaucoup les épices et le piment, mais ce sont deux choses différentes ! On la fait ensuite mijoter à feu doux, et c’est quelque chose de merveilleux. Pour le roussi, je prends un peu de gingembre, des clous de girofle, du poivre rouge concassé et beaucoup de citron (très important). Après, on rajoute le petit jus de carambole pour radoucir tout ça. Les épices, c’est comme l’amour, c’est subtil !", annonce-t-il.

À La Réunion, caris, rougails et boucanés sont toujours très prisés

Maire de Salazie et président de l’Île de La Réunion Tourisme, Stéphane Fouassin était lui aussi l’invité de Sud Radio ce vendredi matin. Selon lui, le 31 décembre comporte certaines traditions gastronomiques qui ne se démentent pas. "Pour le 31, la société évolue mais on reste traditionnellement sur les caris, les rougails saucisse ou les boucanés, qui sont les plats emblématiques. Les gens préparent aussi du boudin, on voit des des fruits et légumes exotiques qui nous viennent du Brésil comme le chouchou, appelé christophine dans les Antilles et chayote en métropole. On a une diversité de population qui fait que notre approche culinaire vient du monde entier (Afrique, Asie, Europe, Inde…)", explique-t-il avant de préciser que "Noël se fête souvent avec les enfants et la famille directe, et le 1er de l’an avec les amis, mais surtout en extérieur dans les jardins".

Un rendez-vous festif où les Réunionnais sont régulièrement rejoints par d’autres populations. "En étant dans l’hémisphère sud, on est à contre-saison par rapport à la métropole, donc beaucoup de métropolitains viennent rechercher un peu de chaleur ici et participent aux festivités. Certains viennent aussi retrouver leur famille sur place, donc ça crée de l’ambiance. Les touristes viennent goûter à nos fruits exotiques, à notre gastronomie, mais qui viennent aussi pour les paysages et pour les marches qu’il y a à faire à la Réunion", assure-t-il.

Réécoutez en podcasts les interviews de Jimmy Blanche et Stéphane Fouassin dans le Grand Matin Sud Radio

 

Sur le même sujet
Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio