Pimkie: "Une personne qui n’a pas de diplôme, comment elle fait pour rebondir ?"

Enseigne de l'entreprise de prêt-à-porter Pimkie, à Villeneuve-d'Ascq ©DENIS CHARLET - AFP

L'enseigne de prêt-à-porter Pimkie s'apprête à supprimer plus de 200 postes et cherche à recourir au mécanisme de la rupture conventionnelle, instauré par les ordonnances votées en fin d'année dernière.

208 postes supprimés chez Pimkie. L'annonce a été faite par la direction de l'entreprise de prêt-à-porter féminin. Un plan de rupture conventionnelle collective permis grâce à la réforme du code du travail. 37 magasins vont fermer.

Yasmina Lescot est déléguée CGT et salariée Pimkie à Neuville-en-Ferrain (Nord) et elle est écœurée par l'annonce de rupture conventionnelle collective : "Tous mes collègues vont porter un tee-shirt où on va marquer ‘Salariés en solde’. On n’est pas d’accord du tout. Une personne qui n’a pas de diplôme, comment elle fait pour rebondir ? À 50 ans, à 45 ans, on a tous besoin de travailler. On ne doit pas nous payer à rester chez nous au chômage, c’est hors de question. On est tous des gens courageux et on a tous besoin de travailler. On mérite d’avoir notre dû. Il y a des personnes qui ont travaillé depuis l’âge de 16 ans, de 14 ans. Comment leur expliquer que, du jour au lendemain, elles ne vont plus avoir de travail ? C’est très difficile."

Pour Valérie Pringuet, déléguée syndicale CGT, c'est surtout l'absence d'accompagnement pour les reconversions professionnelles qui pose problème avec ce nouveau système. "Ce congé de reclassement, pour des salariés qui ont peu de diplômes et qui n’ont pas été formés par Pimkie, c’est une nécessité. Dans le cas d’une rupture conventionnelle collective, il n’y a pas de congé de reclassement. C’est directement à la case Pôle Emploi, avec une enveloppe de formation et à lui de se trouver un boulot !", a-t-elle déploré.

Pour que ces ruptures conventionnelles puissent être utilisées, il faut un accord majoritaire avec les syndicats.

Propos recueillis par Maximilien Carlier pour Sud Radio

Vos réponses pour cet article

Ajouter un commentaire

Les rubriques Sudradio