single.php

Petits commerces : "Si on ne fait pas un effort collectif, on va vers un drame énorme"

Attendez-nous ! Les petits commerces de proximité appellent les consommateurs à reporter leurs achats après le confinement. Autrement dit, ne pas se précipiter sur internet pour acheter des jouets ou des vêtements. Des produits non essentiels qui ne sont désormais plus vendus dans les grandes surfaces. Les clients vont-ils jouer le jeu ?

Attendez-nous ! Les petits commerces de proximité appellent les consommateurs à reporter leurs achats après le confinement. © AFP

Reportage à Marseille de Lionel Maillet pour Sud Radio

 

"Malheureusement, ça fait bien longtemps que je ne vais plus dans les petites boutiques"

Cette mère de famille n'a rien contre les petits commerces de proximité, mais malgré le contexte, elle ne changera rien à ses habitudes : "je continuerai à faire les achats que je fais sur internet confie-t-elle à Lionel Maillet. Malheureusement, ça fait bien longtemps que je ne vais plus dans les petites boutiques. C'est tellement plus pratique de se faire livrer ou d'aller dans un grand magasin où on est sûr de tout trouver !" explique-t-elle.

Avec Noël qui approche et la peur que le confinement dure plus longtemps que prévu, avec deux enfants à la maison, Marina préfère anticiper sur internet : "j'ai anniversaire plus Noël, et c'est très compliqué à trouver..."

 

"On tue le petit commerce si on va à la facilité de commander sur Amazon ou des plateformes de ce genre"

Mais l'Union des entreprises de proximité (U2P) lancent un appel : on peut attendre et reporter ses achats. "On tue le petit commerce si on va à la facilité de commander sur Amazon ou des plateformes de ce genre affirme Jacques Cabuzel, le secrétaire régional en Paca de l'U2P. Nos commerçants ont leur stock, donc si le confinement s'arrête dans 15 jours-un mois, il n'y aura pas de problème d'approvisionnement, les clients pourront faire leurs achats normalement" assure-t-il. Si on ne fait pas un effort collectif, on va vers un drame énorme"prévient-il.

 

"Il faut faire travailler nos artisans, nos commerçants, il ne faut pas acheter sur internet !" témoigne un couple de retraités, qui a reçu le message 5 sur 5. "Si ça ne rouvre pas, les petits-enfants comprendront la situation puisqu'en ce moment ils sont dans les écoles, masqués aussi".

 

"Le 12 novembre, c'est déjà pour nous 12 jours de trop !"

Mais combien de temps vont-ils tenir ? Malgré la fermeture dès ce matin de tous les rayons qui ne sont pas de première nécessité en grandes surfaces, les petits commerçants restent très inquiets. Le gouvernement n’exclut pas une réouverture d’ici le 12 novembre si la situation sanitaire le permet.

Ce sera peut être déjà trop tard selon Monique Cassar, qui préside la chambre des métiers et de l’artisanat des Bouches-du-Rhône : "le 12 novembre, c'est déjà pour nous 12 jours de trop ! fustige-t-elle. C'est 12 jours qui vont casser le rythme de travail. On l'a vu lors du premier confinement, les toutes petites entreprises et les petits magasins n'ont pas de trésorerie, et encore moins aujourd'hui".

"15 jours de trésorerie, ça ne va pas payer le salarié à la fin du mois, ça ne va pas payer le loyer, ça ne va pas payer le téléphone..."

En vue des fêtes de fin d'année, les petits commerces veulent aussi inciter les comités d'entreprises à distribuer des chèques cadeaux uniquement valables dans leurs boutiques.

 

Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

 

L'info en continu
18H
17H
16H
15H
13H
12H
11H
10H
09H
Revenir
au direct

À Suivre
/