Des maires des Bouches-du-Rhône réclament la réouverture des petits commerces

Jean Castex n’a pas calmé la grogne. Malgré la fermeture des rayons non essentiels dès demain matin  dans les grandes surfaces, les commerçants sont toujours vent debout. Des coiffeurs, des fleuristes des esthéticiennes  qui veulent pouvoir rouvrir et qui  sont soutenus par de nombreux élus locaux. Dans les Bouches du Rhône des maires demandent en urgence une réunion avec le préfet avec un objectif : rouvrir au plus vite  tous les commerces.

Reportage Sud Radio de Lionel Maillet

La solution, ce n’est pas de fermer tel ou tel rayon en grande surface: ce qu’il faut, c’est rouvrir tous les commerces de proximité, demande le président de l’union des maires des Bouches-du-Rhône, Georges Cristiani:

"On est dans du bricolage, d'autant plus que ça sert à rien de fermer des rayons. Cela veut dire que les habitants vont être encore embêtés. Ce n'est pas un problème de concurrence déloyale, c'est pire que ça: c'est un problème de liberté individuelle. On veut que les petits commerces ouvrent, que les centre-ville continuent à exister !  Les petits commerçants sont les plus respectueux des geste barrière..."

 

Même si des élus se félicitent d’une certaine équité retrouvée, d’autres - comme la maire de Fuveau, Béatrice Bonfillon Chiavassa - pointent encore des cas de concurrence déloyale:

"Rendez-vous compte que les coiffeurs à domicile peuvent fonctionner ! Comment je le fais comprendre à mes coiffeurs, qui ont tout mis en place pour tout respecter?"

 

Avec la CCI et la chambre des métiers et de l’artisanat, de nombreux maires du département, dont Gérard Gazay à Aubagne, demandent à être reçus au plus vite par le préfet:

Pour faire en sorte que ça ne soient pas des décisions uniformes prises depuis Paris, mais qu'on parle du terrain, de nos acteurs économiques de Provence en grande souffrance !"

 

Prés de Marseille, le maire d’Allauch plaide de son côté pour une réouverture des commerces non-essentiels grâce à un protocole sanitaire renforcé.

 

"Mettons en place une charte Fédération par Fédération ! Il ne faut pas opposer la santé des Français et la santé économique !" - Gérard Gazay, maire d'Aubagne

 

Sur le même sujet

 

Petits commerces : "on constate le deux poids deux mesures"