single.php

Péages : "La hausse des prix aurait pu être évitée"

Par Aurélie Giraud

Le prix des autoroutes vont-ils exploser en 2025 ? Christian Broucaret, président de la FNAUT (Fédération nationale des associations d'usagers des transports), était l'invité de Patrick Roger sur Sud Radio.

péages
Une nette augmentation des autoroutes est attendue en 2024. (c) AFP

Une augmentation de 3% du prix des péages des autoroutes est prévue en 2024.

Autoroutes : "La hausse des prix des péages en 2024 pourrait être évitée"

La société d'automates Vinci avait évoqué des augmentations des péages de 5%. Pour autant, le président de la Fédération nationale des associations d'usagers des transports n'est pas satisfait. Il estime que "cette hausse pourrait tout à fait être évitée". "Les compagnies d'autoroutes et les concessionnaires d'autoroutes ont des contrats qui sont blindés et ont fait des profits mirifites dans les années passées". En période d'inflation, "tout augmente, mais les contrats ont été bien faits par les compagnies d'autoroutes", insiste-t-il.

"L'État a privatisé les autoroutes qui ont quand même été payées par les contribuables. Ils font des bénéfices mirifites et donc on pourrait comprendre que les sociétés d'autoroute fassent un effort pour leurs clients. Et n'augmentent pas les tarifs au minimum dans une année très compliquée pour les Français", affirme Christian Broucaret.

"La justice a dans le passé systématiquement retoqué cette mesure"

On annonce une année 2025 encore plus compliquée. Selon Christian Broucaret, "l'État, qui s'est probablement rendu compte que les contrats n'ont pas été bien négociés par le passé, voudrait mettre une taxe supplémentaire censée rapporter 600 millions d'euros. C'est la grande mode en France de mettre des taxes un peu sur tout !", dénonce-t-il. "Mais bien sûr les sociétés concessionnaires vont le répercuter sur les clients". "On préférerait une baisse de la TVA sur les billets de train".

Cela dit, "les gouvernements passés avaient tenté en 2011 et 2013 de mettre cette taxe et la justice avait systématiquement retoqué cette mesure", rappelle Christian Broucaret. D'après lui, "il faut peut-être renégocier les contrats pour que les sociétés d'autoroutes vivent. C'est normal, elles sont là pour faire des bénéfices". Mais "l'État ne sait pas faire des contrats qui lui soient globalement favorables et globalement favorables au contribuable", dénonce-t-il.

 

 

Retrouvez "C’est à la Une" chaque jour à 7h10 dans le Grand Matin Sud Radio avec Patrick Roger.

Cliquez ici pour écouter "C'est à la une"

L'info en continu
20H
19H
18H
17H
16H
15H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/