single.php

Paul Clavier : "L'argent n'a aucune consistance, il vit par pure convention"

Par La Rédaction

Paul Clavier, auteur de "Par ici la monnaie ! Petite métaphysique du fric"(aux éditions du Cerf) était l’invité d’André Bercoff vendredi 5 juin sur Sud Radio, dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Paul Clavier invité d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

L'argent s'est imposé dans nos vies. Démuni, il devient très compliqué de se nourrir, de se déplacer et d'accéder à la réussite sociale. Mais comment ce moyen est-il devenu le maître de nos vies ? Le philosophe Paul Clavier s'est penché sur la question en revenant sur les origines de la monnaie.

 

Une question intemporelle

En tout lieu et à tout instant, de nombreux penseurs se sont interrogés sur la définition de l'argent, "de Platon, à Aristote en passant par saint Thomas d'Aquin". "Ce n'est pas uniquement une question technique, c'est une question anthropologique radicale", note le philosophe. "On vit avec ça, il faut savoir ce que sait", estime Paul Clavier. S'il s'est avéré avoir toujours été un moyen, l'auteur nous rappelle "qu'il n'a aucune consistance et vit par pure convention".

"Platon disait que c'était le symbole de l'échange", rapporte-t-il. Mais alors, "comment se fait-il que ce symbole soit devenu la réalité qui mesure tout le reste ?", s'interroge le philosophe. Si Paul Clavier "n'est pas le Didier Raoult de l'économie", qu'il n'apporte pas de révélations fracassantes, il essaye de "comprendre avec les outils conceptuelles du philosophe ce qu'est l'argent, d'où vient notre addiction aux crédits". Une entreprise fastidieuse qui s'adresse "à tout le monde mais aussi aux philosophes", encourage-t-il.

Du vecteur au bien

Quand on s'interroge sur l'origine de la monnaie, il est important de sortir des mythes. "Le mythe c'est qu'au départ on est dans l'autarcie des chasseurs/cueilleurs vivant de trocs et tout d'un coup la monnaie apparaît, tout devient merveilleux, on se développe, on invente des vaccins, on fait des guerres et tout va bien", rapporte Paul Clavier. Une histoire "un peu caricaturale". Dès le début du XXe siècle, l'économiste Alfred Mitchell-Innes étudie l'histoire de l'économie. Il conclut que "la monnaie a existé très tôt. À l'origine c'est l'unité de compte, on compare un sanglier avec des poissons ou des pêches". "Le cash n'est pas essentiel à la monnaie", rappelle l'auteur qui insiste sur l'importance dans toute communauté humaine : "échanger avec une unité de compte". 

"Quand on passe par le cash, on autonomise l'argent", estime Paul Clavier. "Petit à petit, l'argent qui n'est que le vecteur de l'échange, devient un bien en soi", rapporte-t-il. Un glissement "qu'on a subi et qu'on est pas censé subir". Alors pour combattre le maître-mot de l'argent, certains se retournent à des systèmes d'échanges locaux. Mais ce n'est pas pour autant que le concept de l'argent disparaît. Pour l'auteur, "ce qui compte c'est de retrouver la vraie vocation de l'argent, soit être la voiture de la valeur des produits, comme le dit Jean-Baptiste Say". 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
15H
14H
13H
12H
11H
09H
08H
21H
20H
19H
Revenir
au direct

À Suivre
/