Pas de péage punitif "spécial diesel"

Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat en charge des transports, a démenti la création d'une tarification au péage plus lourde pour les véhicules diesel.

Thumbnail
Ce week-end sera le traditionnel chassé-croisé entre juillettistes et aoûtiens. AFP

Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat en charge des transports, a démenti la création d'une tarification au péage plus lourde pour les véhicules diesel.

Non, il n'y aura pas de "péage punitif" spécial diesel. C'est ce qu'a annoncé le secrétaire d'Etat en charge des transports Alain Vidalies, interrogé sur RMC.

Selon une information publiée par Le journal du dimanche, le Gouvernement et les sociétés concessionnaires d'autoroute étudieraient la création d'une tarification au péage variant selon que le véhicule soit plus ou moins propre du point de vue de ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, les conducteurs de voitures diesel auraient dû payer plus que ceux au volant d'un véhicule essence.

Toutefois, Alain Vidalies reconnaît que l'Etat souhaite "qu'il y ait des encouragements pour les véhicules hybrides et électriques". Ceux-ci pourraient donc bénéficier d'une facture allégée.

Négociations

Depuis plusieurs semaines, le Gouvernement et les sociétés d'autoroutes sont rentrés dans un véritable bras de fer. L'Etat souhaite en effet renégocier les contrats qui le lient à elles, les jugeant trop favorables aux sociétés concessionnaires.

De son côté, la mission d'information parlementaire sur les autoroutes préconise purement et simplement la dénonciation des contrats. Une option que le gouvernement semble de moins en moins écarter. "On ne renonce à rien", a indiqué ce lundi Alain Vidalies, précisant que "la négociation n'a pas encore abouti".