Parcoursup: 2500 étudiants sans affectation

Près d’un étudiant sur quatre travaille pendant ses études 

Ce vendredi s’achève la phase complémentaire de la procédure d’accès à l’enseignement supérieur, Parcoursup. Quel bilan peut-on tirer ? Mi-septembre, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avait annoncé que "moins de 2500" bacheliers ayant eu leur bac en 2018 restaient sans affectation. Nathan, 19 ans témoigne sur l’antenne de Sud Rradio. Et pour lui, avec Parcoursup, les études… c’est terminé !

Ce vendredi 21 septembre, la procédure de la plateforme Parcoursup s’achève. L’occasion de faire un bilan de cette première année de la nouvelle plateforme, par rapport à son prédécesseur tant décrié APB (admission post bac). Mi-septembre, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, avait annoncé que "moins de 2500" bacheliers ayant eu leur bac en 2018 restaient sans affectation. Ces chiffres sont meilleurs que de ceux de l’APB qui avait laissé 3700 jeunes sans affectation en 2017. Pour Jimmy Losfeld, président de la Fage, syndicat étudiant qui a soutenu la loi ORE (Orientation et Réussite des Étudiants), les chiffres prouvent "une amélioration" du système d’affectation des jeunes par rapport à APB. Il cite les 583.000 jeunes qui avaient accepté une proposition au 5 septembre, contre 540.000 il y a un an.

Mais lorsque le ministère de l’Énseignement supérieur évoque ces 2 500 élèves encore sans affectation, cela ne concerne que les nouveaux bacheliers (juillet 2018) et non les étudiants en réorientation qui n'ont rien eu. Ils seraient près de 4000. Et puis, Parcoursup ne permet pas de quantifier le nombre d’étudiants qui ont vraiment obtenu la place de leur choix puisque les vœux ne sont plus hiérarchisés.

Sur Sud Radio, Nathan, 20 ans titulaire d’un bac professionnel témoigne de son expérience sur Parcoursup : « Quand je me connecte sur la plateforme Parcoursup, c’est écrit ‘ téléchargez votre attestation de radiation’. Et de continuer en décrivant : « J’ai refusé, il y a quelques jours une formation dite passerelle, voilà pourquoi je suis radié. On m’a proposé un BTS mais, pas celui que je voulais et à 200 kilomètres de chez moi. Il fallait accepté ou refusé avec le couteau sous la gorge. Alors, soit on cherche un travail et on sort de Parcoursup, soit on accepte une formation sans savoir où l’on va. Nous sommes des numéros, ils ne lisent pas les lettres de motivation. »

Les rubriques Sudradio