single.php

Papacito : "On a ce bagage très précieux d'être extraits du réel"

Par La Rédaction

Marsault, dessinateur humoristique, auteur de la bande dessinée "Breum 4" (Ring), et Papacito, écrivain, youtubeur, auteur de "Expédition punitive" (Ring), étaient les invités d’André Bercoff jeudi 10 décembre sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

Papacito et Marsault invités d’André Bercoff dans "Bercoff dans tous ses états” sur Sud Radio.

Marsault et Papacito se sont lancés ensemble depuis plusieurs années en croisade contre le monde moderne, s'attaquant aux déconstructeurs de l'identité française. L'un défend la société des années 1970, Gitanes sans filtre, picole et déconne, le second est capable de se plonger dans l'univers médiéval pour remettre à la mode l'Armagnac bu dans une corne, l'épée wisigoth ou encore le lancer de nains.

"Il faut mener la guerre comme on peut"

"L'époque ne nous laisse pas trop le choix", résume Papacito, un brin fataliste de se voir "entouré d'ennemis". "Il faut mener la guerre comme on peut", invite l'écrivain contre "les progressistes, les mondialistes fous et les gens qui veulent en finir avec la tradition et la nation françaises". "Ce qui fait déjà beaucoup de monde", s'amuse-t-il. Pour mener cette bataille, Papacito a choisi la plume et l'épée, qu'il mêle dans son dernier livre Expédition punitive. De son côté, Marsault a choisi la bande dessinée avec un esprit mêlant l'insolence de Hara-Kiri et la bande dessinée des années 1970, "l'époque où ça ne trichait pas".

"Avec Marsault, on a ce bagage très précieux d'être extrait du réel", résume l'écrivain rappelant avoir fait la connaissance du dessinateur alors qu'il était encore ouvrier. "Il balançait des pneus dans une déchiqueteuse, les pauses c'était pour faire 25 heures de dessin et les vacances pour faire de la maçonnerie", raconte Papacito.

"Derrière l'humour, on essaie d'envoyer des messages"

Deux profils atypiques qui ont décidé d'unir leurs forces au sein des éditions Ring. "Je ne pense pas que ce soient des coups d'épée dans l'eau, même si notre portée est limitée", admet l'auteur qui peut se féliciter de "toucher des gens qui n'étaient pas prévus pour adhérer à ce type d'idées, de réactions". Une première conquête acquise grâce "à l'art, le dessin, l'écriture, l'expression graphique" qui a permis de faire comprendre à leur public que "derrière l'humour, le dessin et l'écriture, on essaie d'envoyer des messages".

Mais gagner une bataille n'est pas gagner la guerre, alors les deux comparses continuent de s'attaquer à leurs ennemis, "qui ne sont pas forcément les plus caricaturaux et les plus visibles", note Papacito. Un combat "contre l'extinction du monde paysan, le délabrement du patrimoine, le délitement de la société française, l'écroulement de l'économie française...", énumère-t-il, déplorant qu'il y a "tellement eu d'incompétences, que les niveaux où il faudrait mener une guerre sont multiples et infinis". "Pour moi, c'est la guerre de tous les instants, pratiquement à tous les degrés", lance l'écrivain. La bataille ne fait que commencer.

 

https://www.youtube.com/watch?v=K7cxQG2UoxA

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !

L'info en continu
21H
20H
19H
18H
17H
15H
14H
13H
Revenir
au direct

À Suivre
/