Olivier Blazy : "Cette situation va rompre la relation de confiance entre les médecins et les patients"

Olivier Blazy, maître de conférence à l'Université de Limoges, chercheur en cryptographie, était l’invité d’André Bercoff jeudi 7 mai sur Sud Radio dans son rendez-vous du 12h-13h, "Bercoff dans tous ses états".

L'application StopCovid provoque beaucoup de débats. Olivier Blazy est au micro d'André Bercoff pour alerter sur les dangers de ce dispositif. Catherine LAI - AFP/Archives

Depuis quelques jours, une vidéo virale tourne sur les réseaux sociaux. Un médecin alerte sur les dangers liberticides et la levée généralisée du secret médical avec l'instauration de l'application StopCovid. Olivier Blazy décrypte ces nouveaux outils.

 

Une violation du secret médical ?

Un message d'alerte "relativement légitime", selon Olivier Blazy qui reconnaît que beaucoup de questions se posent actuellement "pour créer des données, recenser les cas positifs sans le consentement des utilisateurs, pour que les médecins fassent remonter les personnes qu'ils ont croisées". C'est ce dernier point qui inquiète. "J'ai vu nombre de médecins atterrés d'avoir des rémunérations par rapport au nombre d'utilisateurs qu'ils font remonter", rapporte le cryptographe.

Les bases de données ne seraient "a priori pas connectées à StopCovid". "Ce serait deux systèmes indépendants", explique Olivier Blazy qui estime que "d'un certain point de vue, séparer les bases de données serait une bonne chose, mais vu le côté intrusif qu'elles ont, on aimerait qu'elles soient efficaces et les regrouper". Mais cela ne l'empêche pas de déplorer que les médecins seraient "dans une situation qui n'est pas la leur". "Cette situation va rompre la relation de confiance entre les médecins et les patients, et je ne pense pas que ce soit une bonne chose dans un période d'épidémie", regrette-t-il.

La vie privée en danger ?

Si, sur le principe, Olivier Blazy reconnaît que l'application StopCovid "semble être une bonne idée", il tempère néanmoins : "le diable est dans les détails". "Il y a beaucoup de problèmes dans ce qu'on nous raconte mais surtout dans ce qu'on ne nous raconte pas", avertit-il. "On nous a beaucoup dit que StopCovid était une application de traçage et non de tracking, que ce n'était pas de la surveillance de masse, mais en pratique, on ne sait pas ce que c'est vraiment", déplore le cryptographe.

Si l'idée de base est "d'automatiser la détection des gens qu'on a croisés dans la journée au cas où on est détecté malade", Olivier Blazy rappelle que "l'efficacité n'est pas avérée", comme le révèle le Comité consultatif des Droits de l'Homme en France. "Il devrait y avoir un débat, ce n'est pas automatiquement bien. Il faut réfléchir à la globalité du compromis", estime-t-il.

 

Cliquez ici pour écouter l’invité d’André Bercoff dans son intégralité en podcast.

Retrouvez André Bercoff et ses invités du lundi au vendredi sur Sud Radio, à partir de midi. Toutes les fréquences de Sud Radio sont ici !